Retour

Trump sur les traces de la tempête Harvey au Texas

C'est dans un contexte d'inondations historiques et de pluies diluviennes que le président Donald Trump a visité le Texas, mardi, pour constater l'ampleur des dégâts et remonter le moral des secouristes, débordés d'appels de milliers de sinistrés demandant à être évacués.

Donald Trump a entamé sa visite texane à Corpus Christi, où il a rencontré les représentants d'organisations d'aide aux victimes de la tempête Harvey. « C'est une véritable équipe », a-t-il déclaré en ajoutant qu'il fallait « faire mieux que ce qui a été fait auparavant » en pareilles circonstances.

Cette visite présidentielle survenait plus de quatre jours après que Harvey eut commencé à sévir au Texas, en s'abattant sur Rockport alors comme ouragan de force 4.

Maintenant tempête tropicale, Harvey n'en continue pas moins de frapper la Louisiane et le Texas.

« Dans cinq ans, on va regarder en arrière et dire : "c'est ainsi qu'il faut agir" », a-t-il souhaité. Reconnaissant les efforts des équipes sur le terrain, Donald Trump a toutefois dit qu'il était trop tôt pour féliciter qui que ce soit.

Accompagné de son épouse Melania, Donald Trump s'est ensuite rendu un peu plus au nord, à Austin, capitale du Texas, où il a rencontré le gouverneur Greg Abbott.

Houston, quatrième ville des États-Unis avec ses 6,3 millions d'habitants dans sa grande région métropolitaine, ne figurait pas sur l'itinéraire du président, car la majorité des routes y sont actuellement impraticables. Le département du Transport a annoncé mardi qu'il débloquait immédiatement 25 millions de dollars pour amorcer la réparation des routes et ponts endommagés dans le sud-est du Texas.

Secourir et protéger

Aux défis d'aider les sinistrés s'est ajouté le problème de la sécurité : le maire de Houston, Sylvester Turner, a décrété mardi un couvre-feu de 22 h à 5 h, heure locale, après qu'au moins une quinzaine de personnes eurent été arrêtées pour des vols et autres méfaits, au cours des deux derniers jours.

Pendant ce temps, des milliers de policiers, de pompiers, de membres de la Garde nationale et de secouristes ont continué de venir en aide aux citoyens piégés par les inondations qui ont transformé les rues en rivières.

Au moins 3500 personnes ont été secourues depuis que l’ouragan Harvey a frappé la côte texane du golfe du Mexique et ce nombre devrait augmenter, a indiqué le chef de police de Houston, Art Acevedo, lors de la conférence de presse de la Ville.

Plus de 17 000 sinistrés sont hébergés dans des refuges d’urgence, dont plus de 9000 dans celui du centre-ville de Houston, selon un tweet de la Croix-Rouge.

Le maire de Houston a lancé un appel à l’aide à tous les citoyens de sa ville qui seraient disponibles pour venir donner un coup de main dans les refuges mis sur pied par son administration.

Le maire Turner a indiqué qu’il ouvrirait deux ou trois autres centres d’hébergement d’urgence afin de fournir un toit à tous ceux qui en ont besoin. « Nous ne laisserons tomber personne », a-t-il déclaré en conférence de presse en soulignant que les gens qui arrivent de l’extérieur de Houston seront accueillis à bras ouverts.

Le maire Turner a d’ailleurs tenu à remercier ses collègues d’autres villes, comme Fort Worth et Dallas, qui lui ont fourni des forces fraîches en lui envoyant notamment des policiers en renfort.

Des refuges ont aussi été ouverts à Dallas et à Austin. En tout, les autorités s’attendent à devoir accueillir 30 000 personnes chassées de leur domicile par les inondations.

Le bilan peut attendre

Occupées à secourir les vivants, les autorités réservent le dénombrement des victimes à une phase ultérieure de la catastrophe et n'ont confirmé la mort que de trois personnes.

Elles confirment notamment qu'une femme a perdu la vie lorsqu’un chêne est tombé, déraciné par les fortes pluies, sur sa maison mobile, à Porter, au Texas.

« Nous sommes encore largement dans la phase de réponse d'urgence, où la priorité est de préserver des vies et d'assurer la sécurité des habitants », a souligné un haut responsable de l'Agence fédérale de coordination des situations d'urgence (FEMA), dans une téléconférence.

Des rapports non confirmés, qui font toutefois état de plusieurs personnes disparues ou présumées mortes, continuent d’affluer. « Nous savons qu’historiquement, dans ce genre d’événement, le bilan des morts augmente », a déclaré le chef de police Acevedo.

Ce dernier, en point de presse mardi après-midi, a confirmé qu'un policier est mort noyé en voulant se rendre au travail.

Une femme de Houston, Virginia Salvidar, a indiqué lundi que six membres de sa famille, dont quatre de ses petits-enfants, sont morts lorsque leur camionnette a disparu dans les eaux du Greens Bayou, dans l’est de Houston. Un récit que les autorités sont incapables de corroborer.

Mme Saldivar a raconté que son beau-frère conduisait le véhicule, dimanche, lorsqu’un fort courant a emporté la camionnette par-dessus un pont pour la plonger dans les eaux du bayou. Le conducteur a réussi à s’extirper du véhicule et il a tenté de faire sortir les enfants par la porte arrière, en vain. « J’espère seulement que nous retrouverons les corps », a laissé tomber la femme.

La porte-parole d’un hôtel de Houston a également indiqué que l’un de ses employés avait disparu en aidant une centaine de clients et de travailleurs à évacuer le bâtiment lors d’une crue des eaux.

Le centre-ville menacé?

Harvey a continué mardi à faire du surplace au-dessus de la région et devrait laisser à terme 127 centimètres de pluie sur la région de Houston-Galveston, un total qui dépasserait la moyenne annuelle de précipitations sur la région.

Les pluies diluviennes apportées par la tempête ont rempli les réservoirs de Houston, qui commencent à déborder, forçant les autorités à rouvrir les vannes et à laisser couler de l’eau vers la ville. Les autorités souhaitent ainsi alléger la pression qu’exerce l’eau sur deux barrages, ont annoncé les responsables du comté de Harris.

Les autorités surveillent les répercussions de cette nouvelle entrée d'eau sur six quartiers entourant les réservoirs. Elles encouragent les résidents de ces quartiers à évacuer les lieux avant que le niveau de l’eau n’augmente.

L’ouverture des vannes aggravera les inondations dans la région du Buffalo Bayou, qui s’écoule vers le centre de Houston, a indiqué le responsable du contrôle des inondations du comté de Harris, Jeff Linder. Or, le centre-ville de Houston n’a pas encore été touché par les inondations.

Le rejet contrôlé de l’eau des réservoirs pour alléger la pression sur les barrages n’a pas encore eu d’impact significatif sur le niveau des rivières de Houston qui sont déjà sorties de leur lit. Les pluies incessantes ont toutefois compliqué les efforts pour distribuer les eaux d’inondations de façon contrôlée.

Rupture d’une digue à Columbia Lakes

Les autorités du comté de Brazoria, à une centaine de kilomètres au sud de Houston, ont lancé un ordre d’évacuation d’urgence pour les citoyens de la localité de Columbia Lakes où une digue a cédé sous la pression des eaux.

Sur leur compte Twitter, les autorités ont publié un message ordonnant aux citoyens en aval de la digue de « quitter le secteur immédiatement », ajoutant que les citoyens touchés disposaient « de peu de temps » pour fuir la montée des eaux.

Une grande partie de cette zone située au sud de Houston est sous les eaux depuis quatre jours.

La Louisiane touchée

La tempête tropicale Harvey a forcé des milliers de personnes à évacuer leur résidence inondée dans le sud-ouest de la Louisiane et a contraint La Nouvelle-Orléans à fermer ses écoles et ses édifices principaux par mesure de précaution.

Les pluies diluviennes ont causé des inondations dans des quartiers de la région de Lake Charles, près de la frontière texane.

Aucun décès n'a été constaté pour l'instant dans cet État. Selon les plus récentes prévisions météorologiques, Harvey déversera encore de 10 à 20 centimètres de pluie dans le sud-ouest de la Louisiane d'ici mercredi.

Le président Donald Trump a décrété l'état d'urgence fédéral pour cinq paroisses du sud-ouest de la Louisiane, lundi : Beauregard, Calcasieu, Cameron, Jefferson Davis et Vermillion.

Plus d'articles

Commentaires