Retour

Trump veut prêter 4,9 milliards de dollars à Porto Rico

Le président américain Donald Trump a demandé mardi au Congrès d'autoriser un prêt de 4,9 milliards de dollars américains pour aider le gouvernement du territoire de Porto Rico, à court de liquidités, à payer ses factures alors que les autorités peinent à se remettre du passage de l'ouragan Maria, a fait savoir un responsable de l'administration.

Le gouverneur de Porto Rico, Ricardo Rossello, avait déjà réclamé des lignes de crédit à la fin septembre, en affirmant que son gouvernement se trouvait dans une situation précaire et qu'il ne s'attendait pas à engranger des revenus dans un avenir proche.

Alourdi par un passif atteignant pratiquement les 72 milliards de billets verts, Porto Rico éprouvait depuis longtemps des problèmes de liquidités, et ce bien avant que le plus puissant ouragan des 90 dernières années ne fasse qu'une bouchée du réseau électrique de l'île, en plus de détruire quantité de maisons et d'endommager lourdement les infrastructures, il y a près de trois semaines.

Le territoire, où résident 3,4 millions d'Américains, avait déjà déclaré faillite en mai.

Le prêt d'urgence proposé par l'administration Trump comprendrait une avance de 150 millions de dollars américains, a mentionné un responsable gouvernemental, qui a tenu à conserver l'anonymat.

« Le prêt de 4,9 milliards les aiderait pour des problèmes immédiats de liquidités en ce qui concerne le financement », par exemple, des salaires et des pensions, a poursuivi ce responsable.

« L'argent ne peut être utilisé pour rembourser la dette », a-t-il ajouté.

Le gouverneur met en garde contre un exode

Samedi, le gouverneur Rossello a écrit au président Trump pour réclamer une aide financière d'au moins 4,6 milliards au moyen de différents programmes gouvernementaux, dans le cadre de ce qu'il a qualifié de « mise de fonds pour les efforts de reconstruction après l'ouragan », alors que l'île évalue les dégâts subis.

« Sans mesures extraordinaires pour contrer l'arrêt de l'activité économique à Porto Rico, la crise humanitaire empirera », mentionne par ailleurs M. Rossello, qui met aussi en garde contre un exode en partance de l'île à destination des États-Unis continentaux.

La semaine dernière, la firme Moody's estimait que les coûts totaux du passage de l'ouragan Maria à Porto Rico, incluant les pertes économiques, variaient entre 45 et 90 milliards de dollars américains.

Jusqu'à maintenant, l'administration Trump et le Congrès ont concentré leurs efforts financiers autour de l'aide d'urgence. La Chambre des représentants doit évaluer, cette semaine, une demande de quelque 13 milliards de dollars américains supplémentaires en aide d'urgence pour les victimes des ouragans à Porto Rico, au Texas et en Floride.

La Maison-Blanche a également demandé à des agences fédérales d'estimer, d'ici le 25 octobre, le montant nécessaire pour une reconstruction à plus long terme après le passage des ouragans.

Effacer la dette?

La semaine dernière, de passage à Porto Rico, le président Trump a évoqué, lors d'une entrevue accordée au réseau Fox News, la possibilité que l'importante dette de Porto Rico soit annulée.

« Ils doivent beaucoup d'argent à vos amis de Wall Street et nous allons devoir faire disparaître tout ça », a déclaré le président au journaliste de Fox News. « Vous allez dire au revoir à cela, je ne sais pas s'il s'agit de Goldman Sachs, mais peu importe de qui il s'agit, vous pouvez dire au revoir à cela », a indiqué M. Trump dans le cadre de cette entrevue.

Quelques jours plus tard, la Maison-Blanche, par la bouche de Mick Mulvaney, directeur du Bureau du budget et de la gestion, a déclaré qu'« il ne fallait pas prendre cet engagement au pied de la lettre ».

Selon lui, le territoire de Porto Rico devra poursuivre sur la voie des réformes fiscales et de la restructuration sur laquelle il s'était déjà engagé avant le passage de Maria.

Plus d'articles

Commentaires