Retour

Tuerie au Texas : le meurtrier n'avait pas le droit d'avoir une arme

Devin Patrick Kelley, l'homme qui a tué 26 personnes dans une église du Texas dimanche, n'avait pas le droit de posséder une arme à feu.

Le Pentagone a reconnu lundi que l'armée de l'air, au sein de laquelle Devin Patrick Kelley a servi, n'avait pas informé le FBI de la condamnation du militaire pour violence conjugale.

Or, la loi fédérale prévoit qu'un individu condamné pour violence familiale n'a pas le droit d'acheter ou de posséder une arme à feu.

En 2012, l'ex-caporal avait été condamné en cour martiale à un an de prison pour violences contre son épouse et l'enfant de cette dernière.

Expulsé de l'armée et déchu de son grade, l'ancien militaire est devenu dimanche l'auteur de la pire tuerie de masse de l'histoire du Texas.

Il a ouvert le feu dans l'église baptiste de Sutherland Springs parce qu'il en voulait à sa belle-mère qui fréquentait cet établissement.

Le directeur régional du ministère de la Sécurité publique, Freeman Martin, a relaté que le tueur était vêtu de noir et qu'il portait un gilet pare-balles lorsqu’il est arrivé à la station-service voisine de l’église, où il a laissé son véhicule à 11h20 dimanche matin.

L’homme a traversé la rue pour se rendre à l’église en ouvrant le feu avec un fusil d’assaut Ruger AR. Il est ensuite entré dans l’église, où il a continué à semer la mort.

Le tueur a abattu 26 personnes –dont la fille de 14 ans du pasteur– âgées de 5 à 72 ans. Vingt-trois personnes sont mortes dans l’église, deux autres ont été retrouvées à l’extérieur du bâtiment et la dernière s'est éteinte à l’hôpital.

Poursuivi par des civils

Un résident de Sutherland Springs, qui habite juste en face de l’église, a entendu les coups de feu. Il est allé chercher son propre fusil d’assaut et s’est précipité à l’extérieur de chez lui pour affronter le tireur. Le résident a tiré sur Devin Patrick Kelley, qui sortait de l’église, et ce dernier a été blessé dans les échanges de coups de feu.

Le tueur a laissé tomber son arme et a pris la fuite dans son véhicule.

Le résident a alors arrêté quelqu'un qui roulait en camionnette pour lui demander de suivre le suspect qui s'enfuyait.

Johnnie Langendorff raconte qu'il se rendait à Sutherland Springs pour aller chercher sa copine lorsqu’un homme pieds nus qui échangeait des coups de feu avec le suspect a sauté dans son véhicule. « Il a sauté dans ma camionnette et a dit : "Il a tiré dans l’église, nous devons l’attraper" », raconte l'homme de 27 ans.

« Allons-y! » a-t-il simplement répondu.

Les deux civils ont ainsi pris le tueur en chasse. La poursuite s'est avérée de courte durée puisque Devin Patrick Kelley a perdu la maîtrise de son véhicule et a effectué une sortie de route. C’est à ce moment qu’il aurait retourné son arme contre lui, a mentionné le shérif Joe Tackitt à la chaîne CBS.

« Nous pensons qu'il s'est infligé une blessure par balle après avoir défoncé » sa voiture, a expliqué le shérif. L'homme a finalement été retrouvé mort dans son véhicule à proximité de la frontière des comtés de Wilson et de Guadalupe.

Au cours de sa fuite, Kelley a appelé son père pour lui dire qu’il avait été blessé par balle et qu’il ne pensait pas survivre à ses blessures.

Un membre de l’église, absent au moment de la fusillade, a déclaré que sa cousine, qui était enceinte de huit mois, a été tuée. Nick Uhlig, 34 ans, a ajouté que les beaux-parents de sa cousine ont également été tués.

La femme du pasteur Sherri Pomeroy a écrit dans un texto que son mari et elle se trouvaient à l'extérieur du village au moment du drame, précisant qu'ils avaient perdu leur fille et « plusieurs amis ».

Des enquêteurs du Bureau de l’alcool, du tabac, des armes à feu et des explosifs (ATF), ainsi que des agents du FBI, ont été dépêchés sur les lieux.

L’église était dotée d’une caméra de surveillance et les enquêteurs en ont saisi les images.

Des autopsies seront pratiquées sur les corps.

En voyage officiel en Asie, le président des États-Unis, Donald Trump, a écrit un bref message sur Twitter : « Que Dieu accompagne les gens de Sutherland Springs, Texas. »

Le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, s'est quant à lui dit « attristé que tant de personnes aient été tuées ou blessées lors d'un acte d'une violence effroyable et insensée contre des gens innocents, au Texas ». M. Trudeau a ensuite offert ses « sincères condoléances » aux familles et amis des personnes tuées.

Plus d'articles

Commentaires