Une violoniste devant le Bataclan et des clients sur les terrasses des cafés. Quatre jours après les attentats de Paris, ces gestes sont vus par plusieurs comme une forme de résistance. Notre correspondant Jean-François Bélanger nous raconte cette journée dans la capitale française.

Plus d'articles

Commentaires