Serge Dessureault est décédé tôt samedi matin, alors qu'il essayait d'atteindre le sommet du K2 situé dans le nord du Pakistan, a annoncé Karrar Haidri, le secrétaire du Club alpin du Pakistan.

Le Québécois de 53 ans a fait une chute près du camp 2 à 6700 mètres d’altitude. Son corps a été retrouvé. Les circonstances de cette chute sont encore inconnues.

La montagne K2 est considérée comme étant très ardue à grimper et est réputée pour ses conditions météorologiques difficiles. François-Guy Thivierge, directeur général de Roc Gyms, explique qu'une telle expédition peut prendre jusqu'à deux mois.

« Les risques majeurs lorsqu'on monte le K2 sont les avalanches et les chutes de pierres. Il n'y a aucun endroit sur la montage qui est protégé, même pas les camps », précise Maxime Jean, un alpiniste qui avait tenté l'exploit sans succès en 2006, avec Mario Dutil.

François-Guy Thivierge ajoute que les conditions d'organisation de ce genre d'expédition au K2 sont très différentes de celles de l'Everest. M. Jean abonde dans le même sens.

Karrar Haidri, du Club alpin du Pakistan, précise que le corps de Serge Dessureault a été transporté au camp de base de la montagne pour être plus tard acheminé vers Islamabad, la capitale du Pakistan.

Né à Saint-Michel-des-Saints, dans Lanaudière, le père de famille vivait à Saint-Bruno-de-Montarville, en Montérégie. Il était à la tête d'une expédition baptisée « K2-Broad Peak » qui comptait neuf membres, dont les Québécois Maurice Beauséjour et Nathalie Fortin. Ils se dirigeaient vers la barre des 7000 mètres pour s’acclimater à l'altitude.

Si M. Dessureault avait atteint le sommet du K2, il serait devenu le premier Québécois à le faire.

En deuil

Nathalie Fortin a affirmé sur sa page Facebook que toute l'équipe était « sous le choc ». « Toutes nos sympathies à la famille et aux proches de Serge, nous sommes sans mot », écrit l'alpiniste.

« Serge est un alpiniste très prudent. Il connaissait parfaitement les risques, il savait que ça pouvait arriver », indique Benoît Lamoureux, un ami de Serge Dessureault, lors d'un entretien à RDI matin.

Les pompiers de la caserne 19 du Service de sécurité incendie de Montréal où M. Dessureault était capitaine, a également apporté son soutien à la famille. « Le choc est d’autant plus grand chez les pompiers que Serge était réputé pour être un alpiniste expérimenté, très prudent, toujours au fait des risques possibles dont il avait conscience en tout temps et il ne prenait pas de risque inutile », a dit le nouveau président de l’Association des pompiers de Montréal, Chris Ross qui s’est déclaré personnellement affecté par cette nouvelle tragique.

« L'ascension du K2 est très technique et dangereuse. On espère toujours déjouer les statistiques quand on y va », ajoute Maxime Jean.

En 2016, MM. Lamoureux et Dessureault avaient tenté une première fois de gravir le K2, qui culmine à 8611 mètres. À l’époque, une avalanche avait complètement ravagé le camp de base numéro 3 et avait ainsi mis un terme à l’expédition.

« Il est mort dans l’une de ses passions, c’est la seule consolation qu’on peut avoir », poursuit M. Lamoureux.

Désormais, la question se pose quant à l'éventuelle poursuite de l'expédition.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Les 10 meilleures destinations vacances lorsqu'on est végane





Rabais de la semaine