Retour

Un Américain en poste en Chine a des symptômes similaires à ceux rapportés par des diplomates à Cuba

Un employé du gouvernement américain en poste à Guangzhou, en Chine, a subi un léger traumatisme cérébral après avoir rapporté des « sensations auditives et des pressions subtiles et vagues, mais anormales », a confirmé mercredi le département d'État.

« Les symptômes médicaux » de cet « incident » sont « très similaires et totalement compatibles avec les symptômes médicaux qui ont affecté des Américains travaillant à Cuba », a confirmé peu après le secrétaire d’État américain Mike Pompeo, lors d'un témoignage au Congrès.

« Nous avons des équipes médicales qui se rendent sur place », et « nous tentons de comprendre ce qui s'est passé à La Havane et maintenant en Chine », a-t-il précisé.

Washington a demandé l'aide de Pékin pour élucider ce mystère, et les autorités chinoises « se sont engagées à honorer leurs engagements dans le cadre de la Convention de Vienne pour assurer la sécurité des diplomates américains », a ajouté M. Pompeo.

Une porte-parole du consulat américain à Guangzhou, Jinnie Lee, avait précédemment indiqué à des médias américains que l'employé en question a rapporté différents symptômes physiques entre la fin de 2017 et avril 2018.

Il a été envoyé aux États-Unis pour une évaluation médicale, qui a finalement statué, samedi dernier, qu'il avait subi un léger traumatisme cérébral.

Le département d'État prend l'affaire « très au sérieux », a assuré Mme Lee.

Dans une alerte sanitaire publiée mercredi matin, le département d'État dit avoir informé tout le personnel américain en poste en Chine de cette affaire.

« Nous ne savons pas ce qui est à l’origine des symptômes rapportés et nous ne sommes pas au courant d’une situation similaire en Chine, que ce soit à l’intérieur ou à l’extérieur de la communauté diplomatique », écrit-il.

Le département d'État demande à toute personne ayant des problèmes médicaux « pendant ou après » un séjour en Chine de consulter un médecin.

« Si vous êtes en Chine, et que vous ressentez un problème auditif inhabituel ou un phénomène sensoriel accompagné de sons inhabituels ou des sons stridents, ne tentez pas de localiser la source », précise-t-il. « Déplacez-vous plutôt dans un lieu où ces sons ne sont pas présents. »

Selon Washington, une vingtaine de membres du personnel diplomatique américain en poste à La Havane, à Cuba, ont connu des pertes d'audition, des vertiges, des maux de tête ou des problèmes cognitifs, d'équilibre ou de sommeil entre fin 2016 et l'été 2017.

Des médecins ont déterminé par la suite qu'ils souffrent d'anomalies du cerveau.

Le gouvernement américain considère qu'ils ont été la cible de mystérieuses « attaques ciblées », parfois décrites comme des « attaques acoustiques », bien que le département d'État ait fait preuve d'une grande prudence sur les causes.

Sans en connaître le ou les auteurs, les États-Unis tiennent toutefois les autorités cubaines pour responsables, à tout le moins parce qu'elles n'ont pas été en mesure de garantir la sécurité de ses diplomates. Ils ont donc rappelé fin septembre plus de la moitié du personnel de leur ambassade à La Havane, avant d'expulser 15 diplomates cubains.

Huit membres de familles de diplomates canadiens en poste à Cuba ont aussi rapporté des syndromes semblables. En avril, certains diplomates ont dénoncé avoir été laissés à eux-mêmes dans cette affaire par le gouvernement canadien.

Contrairement au gouvernement américain, le gouvernement Trudeau n'a pas rappelé son personnel diplomatique à La Havane. Il a cependant décidé de rapatrier les membres des familles de ses diplomates et a désigné que les postes dans la capitale cubaine seront dorénavant « non accompagnés ».

Plus d'articles