Retour

Un arsenal saisi au domicile de l'auteur de l'attentat des Champs-Élysées

La perquisition menée au domicile de l'homme qui a foncé sur un fourgon de police sur les Champs-Élysées a permis d'établir qu'Adam Djaziri détenait un véritable arsenal. Selon une source proche du dossier, citée par le Le Monde, cet islamiste radical, fiché « S » depuis 2015 par les forces de sécurité françaises, détenait neuf armes connues des autorités, dont des pistolets Sig-Sauer 9mm et Glock 9mm, ainsi qu'un fusil de type kalachnikov.

Quatre membres de sa famille ont été arrêtés et placés en garde à vue, soit son père, son frère, sa belle-sœur et son ex-épouse.

Citoyen français originaire d’Île-de-France, Adam Djaziri était issu d’une famille salafiste, selon l’Agence France-Presse. Bien que son casier judiciaire était vierge, Adam Djaziri, fiché « S » (pour sûreté de l’État), était soupçonné d’appartenir à la mouvance islamique et de s’être rendu en Turquie avec sa femme et ses enfants en 2015.

Malgré cela, son casier judiciaire vierge lui avait permis d’acquérir un permis de port d’arme, car il était adepte du tir à la cible, et il était donc propriétaire d’une dizaine d’armes déclarées.

« Ce que je sais à ce stade, c'est que la première autorisation de détention d'armes a été donnée avant le signalement de cet individu [...] Et au moment où l'autorisation a été donnée, il n'y avait aucun antécédent judiciaire qui aurait justifié une décision de ne pas autoriser la détention d'armes », a expliqué le premier ministre Édouard Philippe.

L’attaque, qui n'a pas été revendiquée, n'a fait aucun mort et aucun blessé. Seul le terroriste a péri après avoir lancé son véhicule contre le fourgon de police.

À la suite de l’impact, une épaisse fumée jaunâtre s’est échappée de la voiture du suspect qui a subi d'importantes brûlures.

Selon le ministre, Adam Djaziri détenait suffisamment de gaz dans son véhicule au moment de l’attaque pour faire sauter le fourgon de police. Le mode opératoire du crime et le type de cibles choisies sont aussi du genre préconisé par les djihadistes, a souligné le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb.

La police a retrouvé dans sa voiture des bonbonnes de gaz, des armes de poing, une arme d’assaut et des explosifs. Les enquêteurs ont également mis la main sur un ordinateur et deux téléphones portables, qui sont en cours d’exploitation, selon le quotidien Le Monde.

Cette tentative d’attentat survient à peine deux semaines après une attaque au marteau contre un gendarme sur le parvis de la cathédrale Notre-Dame, à Paris, par un homme qui se prétendait « soldat du califat ». Il a été abattu par la police sur place.

Depuis janvier 2015, la France est visée par une vague d'attentats qui a fait 239 morts, dont plusieurs attentats ciblant les forces de l'ordre.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine