Retour

Un attentat-suicide dans un marché au Nigeria fait au moins 13 morts

Une double attaque menée par deux femmes kamikazes commise dans un marché public du nord-est du Nigeria, samedi matin, a fait au moins 13 morts selon les autorités.

L'attentat s'est produit à Biu, à un peu moins de 200 kilomètres de Maiduguri, la capitale de l'État de Borno, où les attaques sont nombreuses.

Le marché visé, installé près d'une gare routière, était en pleine heure d'affluence lorsque les deux bombes et leurs porteuses ont explosé.

« Deux femmes kamikazes se sont infiltrées dans la ville [...], où elles ont déclenché leur ceinture explosive », a ainsi rapporté Victor Isuku, porte-parole de la police de l'État.

« Au total, 13 personnes ont été tuées [le chiffre excluant les kamikazes], et 53 souffrent de blessures variables. »

Du côté des milices locales, on avance plutôt le bilan de 18 morts et de 36 blessés.

La signature de Boko Haram?

Le groupe terroriste Boko Haram, qui frappe majoritairement dans l'État du Borno, n'a pas l'habitude de revendiquer ses attaques, mais il utilise fréquemment des femmes et des enfants endoctrinés pour commettre des attentats-suicides.

« Les explosions ont été si violentes qu'on les a entendues à travers toute la ville », a confié à l'AFP Ahmad Babagana, un habitant de Biu qui a perdu un ami dans l'attaque.

Depuis huit ans, la ville de Biu et ses banlieues sont dans la ligne de mire des extrémistes de Boko Haram, qui y multiplie les assauts et autres attentats.

En août 2015, un autre attentat-suicide avait fait au moins 50 morts et plus de 50 blessés, encore une fois dans un marché public.

En décembre de cette année-là, le président Muhammadu Buhari avait proclamé que le groupe était « techniquement battu » après les ripostes et les opérations de l'armée nationale.

Si les attaques se sont poursuivies depuis, M. Buhari estime qu'il ne s'agit-là que des « derniers coups de pied d'un cheval mourant ».

Apparu il y a huit ans, le groupe Boko Haram s'en est pris aux civils, aux militaires et aux institutions du Nigeria, mais aussi à ceux des pays voisins comme le Cameroun, le Niger et le Tchad.

On lui prête un bilan d'au moins 20 000 victimes.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un rottweiler goûte à du citron pour la première fois





Rabais de la semaine