Retour

Un ex-policier arrêté et soupçonné d'être un tueur en série recherché depuis 40 ans en Californie

Le mystère du « Golden State Killer », un tueur en série qui a terrorisé la Californie dans les années 1970 et 1980, semble être résolu à la suite de l'arrestation d'un homme à Citrus Heights, en banlieue de Sacramento, dans la nuit de mardi à mercredi.

Un ancien policier de 72 ans, Joseph James DeAngelo, a été identifié comme étant le Golden State Killer. Il fait face à deux accusations de meurtre au premier degré pour la mort d'un couple en 1980 et à des chefs d'accusation de viols avec circonstances aggravantes.

Le procureur du district de Ventura, Greg Totten, a déclaré que la poursuite réclamerait la peine de mort contre l'ancien policier, qui a échappé aux autorités pendant 40 ans.

Ce sont des tests d’ADN qui ont permis de le capturer et de relier entre eux les dizaines de crimes qu'il aurait commis, a indiqué la procureure du district de Sacramento, Anne Marie Schubert, en conférence de presse. Elle a souligné que malgré les milliers d'indices recueillis durant des décennies, Joseph James DeAngelo n'était pas dans la mire des autorités, jusqu'à la semaine dernière.

Joseph James DeAngelo avait été congédié du département de police d'Auburn en 1979, après avoir été arrêté pour vol à l'étalage.

Le FBI le soupçonne d'avoir commis 12 meurtres, 45 viols et 120 cambriolages en Californie entre 1976 et 1986. Les deux premiers meurtres ont eu lieu en février 1978.

Le Golden State Killer a porté d’autres surnoms : l'« East Area Rapist » en Californie du Nord, l'« Original Night Stalker » en Californie du Sud, et le « Diamond Knot Killer », d'après le noeud élaboré qu'il a utilisé pour ligoter deux de ses victimes.

« Tout le monde avait peur », a indiqué l'agent du FBI Marcus Knutson sur le site Internet de la police fédérale.

En 2016, le FBI et les autorités californiennes avaient relancé les recherches et offert une récompense de 50 000 dollars américains pour son arrestation et sa condamnation.

« Je suis submergée de joie », dit une victime

Une femme agressée sexuellement à son domicile en 1976 par un homme soupçonné d'être l'East Area Rapist a indiqué aux médias se sentir « extatique » depuis qu'elle a été contactée par un détective au sujet de l’arrestation.

« Je suis submergée de joie, a déclaré Jane Carson-Sandler. Je me sens comme dans un rêve. »

Un modus operandi sadique

L’homme avait souvent la même façon de procéder. Muni d'une arme à feu et portant un masque, il pénétrait dans les maisons alors que des femmes seules ou des couples dormaient. Il ligotait l'homme et empilait de la vaisselle sur son dos, puis violait la femme en menaçant de les tuer tous les deux si la vaisselle tombait.

Il a souvent pris des souvenirs, notamment des pièces de monnaie et des bijoux de ses victimes, qui avaient entre 13 et 41 ans.

Le Golden State Killer est le sujet d’un livre de l'écrivaine américaine Michelle McNamara, Et je disparaîtrai dans la nuit, publié cette année.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Les régimes: 10 mythes tenaces