Retour

Un expert canadien exclu du comité de l'OMS sur le virus Zika

Un enseignant canadien, très critique de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), a dit avoir été récemment invité à siéger au comité d'urgence sur le virus Zika de l'agence onusienne, avant de se voir retirer cette invitation, pour avoir refusé de signer une clause de confidentialité.

Amir Attaran et plus de 200 collègues avaient écrit le mois dernier une lettre ouverte à l'OMS, accusant l'organisation de fuir ses responsabilités en ne considérant pas de recommander le report ou l'annulation des Jeux olympiques de Rio.

L'enseignant, qui est expert de la santé publique à l'Université d'Ottawa, avait par la suite reçu une invitation de la directrice générale de l'OMS, la Dre Margaret Chan, à siéger au comité indépendant d'experts du Zika de l'OMS.

M. Attaran a confié avoir été surpris par l'invitation, mais y avoir vu une belle occasion de discuter en profondeur des inquiétudes entourant le Zika et les Jeux olympiques.

L'OMS lui a ensuite acheminé plusieurs documents à signer, dont un comportant une clause affirmant que les délibérations du comité, incluant ses propres commentaires, demeureront secrètes.

M. Attaran a signé et réacheminé les documents, mais a rayé cette clause particulière.

Le porte-parole de l'OMS Christian Lindmeier a affirmé, mardi, qu'étant donné que l'enseignant canadien n'avait pas acquiescé au document de confidentialité soumis à tous les experts, il n'avait pas obtenu l'invitation formelle et que, par conséquent, il n'y avait rien à résilier.

Un risque « très faible »

Réunis mardi, les membres du Comité d'urgence sur le virus Zika de l'OMS ont estimé que le risque de transmission du virus pendant les Jeux au Brésil était « très faible ».

Le président du comité, le Dr David Heymann, croit que les risques seront réduits grâce aux mesures prises par le Brésil pour contrôler davantage la transmission de la maladie. « Il y a un très faible risque de transmission supplémentaire du virus Zika en raison de la tenue des JO au Brésil, car ils se tiennent durant l'hiver brésilien », a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse à Genève.

Plus d'articles

Commentaires