Retour

Un Torontois apparaît sur une liste de potentiels kamikazes de l'État islamique

Un Torontois disparu il y a trois ans figure sur une liste d'Interpol qui recense les individus soupçonnés d'appartenir à une brigade kamikaze du groupe armé État islamique, selon un expert canadien de la radicalisation.

Tabirul Hasib avait disparu une première fois il y a cinq ans, après avoir pris un vol pour le Moyen-Orient en compagnie de trois autres Torontois, Abdul Malik et deux hommes, Nur et Adib, dont on ignore le nom de famille.

Leurs parents avaient alors tenté désespérément de les empêcher de tomber aux mains du groupe armé État islamique (EI) en Irak et en Syrie, en alertant la police.

Le père d’Abdul Malik et celui de Nur s’étaient même rendus en Syrie et avaient réussi à convaincre les quatre hommes de revenir au Canada, où ils avaient été interrogés par des agents du Service canadien du renseignement de sécurité (SCRS) et de la Gendarmerie royale du Canada (GRC).

En juillet 2014, trois d’entre eux ont toutefois disparu de nouveau.

Aujourd'hui, le nom de Tabirul Hasib figure sur une liste de personnes qui pourraient perpétrer des attaques contre l’Occident, a fait savoir Amarnath Amarasingam, chercheur dans un programme sur l’extrémisme à l’Université George Washington, aux États-Unis.

CBC avait évoqué le nom de Tabirul Hasib pour la première fois en mars 2015 lorsqu’il avait été établi qu’il avait été recruté par André Poulin, un homme originaire de Timmins, mort en 2013 en combattant en Syrie.

Amarnath Amarasingam dit être surpris de voir le nom de Tabirul Hasib sur la liste d’Interpol, parce que l'homme de 25 ans était plutôt considéré comme un combattant de l'EI et non pas comme un kamikaze.

On ignore d'ailleurs s'il est toujours vivant, car, selon le chercheur, au moins deux de ses amis seraient morts.

« Cela signifie probablement qu’il a rejoint cette brigade kamikaze plus tard, possiblement après la mort de ses amis », estime M. Amarasingam.

Selon un rapport de Sécurité publique Canada, 180 personnes ayant des liens au Canada ont quitté le pays pour rallier les rangs de l'EI et d’autres groupes terroristes, et au moins 60 d’entre eux sont revenus.

Le gouvernement canadien ne confirmera pas s'il a connaissance de la liste d'Interpol, car il ne fait pas de commentaire sur les opérations concernant la sécurité nationale. Dans une déclaration écrite, Scott Bardsley, l'attaché de presse du ministre de la Sécurité publique Ralph Goodale, a indiqué que « le Canada surveille toutes les menaces potentielles et a de solides mesures mises en place pour y remédier ».

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un homme sauve un faucon d'une attaque de serpent





Rabais de la semaine