Retour

Un violent feu de forêt fait au moins 62 morts au Portugal

Un gigantesque feu de forêt, qui a gagné en intensité en raison de la chaleur et du vent, a fait au moins 62 morts et plus d'une cinquantaine de blessés, au centre du Portugal, selon le dernier bilan des autorités.

La plupart des victimes ont été piégées dans leurs voitures sur la route montagneuse qui lie Figueiro dos Vinhos à Castanheira de Pera.

« Il est difficile de dire s’ils fuyaient les flammes ou ont été surpris par le feu », a déclaré le secrétaire d’État aux Affaires intérieures, Jorge Gomes.

Le pays a décrété trois jours de deuil national à partir de dimanche, a annoncé le gouvernement.

L'incendie, qui s’est déclaré samedi à Pedrogao Grande, une municipalité de la région de Leiria, à environ 200 kilomètres au nord-est de Lisbonne, s’est propagé « avec beaucoup de violence et de façon inexplicable », a-t-il ajouté.

Trois autres victimes sont mortes par inhalation de fumée. Parmi les 59 blessés, quatre pompiers et un enfant se trouvent dans un état grave.

Il a aussi évoqué la thèse d'orages secs quant à la cause du brasier. Le Portugal connaît actuellement une forte canicule.

Villages évacués

Une vingtaine de localités ont été touchées par le brasier et un plan d’évacuation a été mis en œuvre pour certaines d’entre elles.

Des dizaines de personnes ont réussi à fuir leur domicile et ont trouvé refuge dans un village voisin, Ansiao.

« Il y a des gens qui sont arrivés en disant qu’ils ne voulaient pas mourir dans leur maison, entourée de flammes », a raconté l’un d’entre eux, Ricardo Tristao.

« Le moment le plus tendu que nous ayons connu jusqu’ici, c’était au village de Moninhos Cimeiros. Quelques maisons ont dû être évacuées et si nous n’avions pas été là, tout serait parti en fumée », a affirmé à l’AFP le pompier Mario Maia.

Dans le village de Nodeirinho, 11 personnes sont mortes, selon la télévision publique RTP.

Des habitants ont raconté avoir vu une famille au grand complet disparaître dans « une tornade de flammes » en tentant de fuir en voiture.

Les pompiers toujours à l'œuvre

Dimanche midi, 900 pompiers et près de 300 véhicules étaient toujours mobilisés pour combattre les flammes sur quatre fronts.

Deux avions-citernes espagnols ont été dépêchés pour appuyer les pompiers portugais, et « des renforts français sont sur le point d’arriver », a précisé M. Gomes.

Le président français Emmanuel Macron a fait part de sa solidarité sur Twitter, tout comme le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker, qui a indiqué que le mécanisme européen de protection civile avait été activé à la demande de Lisbonne pour obtenir de l’aide pour lutter contre l’incendie.

Le président portugais Marcelo Rebelo de Sousa, qui s’est rendu sur place dans la nuit de samedi à dimanche, a fait part de ses condoléances aux proches des victimes et a déclaré que les pompiers avaient fait tout leur possible pour éviter le drame.

Cette situation est « malheureusement atypique », a-t-il dit. « Il n’était pas possible de faire plus que ce qui a été fait », s'est-il désolé.

La plus grande tragédie des dernières années

Le Portugal n'en est pas à ses premiers feux de forêt. De graves incendies ont fait une vingtaine de morts, en 2003. En 1966, un feu dans la forêt de Sintra à l'ouest de Lisbonne avait tué 25 militaires qui tentaient de maîtriser les flammes. En 2016, le pays a été durement touché par des incendies qui ont dévasté plus de 100 000 hectares.

Sur l'île touristique de Madère, où les feux avaient fait trois morts en août, 5400 hectares étaient partis en fumée et près d'une quarantaine de maisons avaient été calcinées.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine