Retour

Une Canadienne arrêtée en Turquie pour avoir « insulté » le président

Une Canadienne a été arrêtée en Turquie fin décembre parce qu'elle aurait insulté le président du pays dans des commentaires publiés sur Facebook, selon son avocat.

Ece Heper, une Canado-Turque a été arrêtée le 30 décembre dernier dans la ville de Kars dans le nord-est de la Turquie et accusée d'avoir insulté le président dans des messages publiés sur Facebook, selon son avocat, Sertac Celikkaleli qui s'est confié à La Presse canadienne.

La femme qui a la double nationalité turque et canadienne se trouvait dans le pays depuis mi-novembre, disent ses amis.

Elle est intense et opiniâtre, c’est sûr, mais tout est intense là-bas en ce moment, surtout de critiquer le gouvernement.

Birgitta Pavic, amie de Ece Heper

Les amis de Ece Heper et son avocat affirment que le problème résiderait dans la publication sur Facebook de plusieurs messages au sujet du président Recep Tayyip Erdogan.

Dans l'un d'eux, publié le 28 décembre, Ece Heper accuse Erdogan d’emprisonner des journalistes qui suggèrent qu’il y a des preuves indiquant que la Turquie soutient le groupe État islamique en Irak et au Levant (EIIL).

Aide consulaire

Affaires mondiales Canada dit savoir qu’une citoyenne canadienne est détenue en Turquie et fournir une aide consulaire sur place, mais ne donne pas plus d’information invoquant les lois sur la protection de la vie privée.

Ece Heper a une maison de bois rond à Norwood, à environ 150 km au nord-est de Toronto, indique Birgitta Pavic, qui réside à Toronto. Elle y vit avec cinq chiens qu’elle a recueillis en Turquie « qui sont comme ses enfants ».

Les parents de Ece Heper sont morts et elle n’a plus de contact avec son frère, affirme Birgitta Pavic. Ses amis ont donc décidé de l’aider.

Selon elle, Ece Heper « a quelques problèmes de santé » et ses amis se demandent si elle reçoit les traitements appropriés pendant sa détention.

Question de liberté d'expression

Les personnes reconnues coupables d'injure envers le président encourent une peine maximale de trois ans de prison, précise l'avocat Sertac Celikkaleli. Ce genre d'accusation est devenu de plus en plus courant dans le pays, ajoute-t-il par l’intermédiaire d’un interprète.

« La liberté d’expression est un énorme problème en Turquie », renchérit un autre ami d’Ece Heper, Emrah Bayram, un citoyen turc qui vit à Seattle.

L’an dernier, une cour a condamné une ancienne gagnante du concours de miss Turquie pour avoir insulté le président dans des messages sur Facebook.

Depuis qu’il a été élu en 2014, Erdogan a déposé environ 2000 plaintes en vertu d’une loi qui interdit d’insulter le président et qui était très rarement utilisée auparavant.

Les militants pour la liberté d’expression disent que la loi est utilisée pour intimider et réduire ses critiques au silence.

Un ami emprisonné

Ece Heper a passé davantage de temps en Turquie l’année dernière, selon ses amis, après s’être liée d’amitié avec un homme dans le sud du pays, près de la frontière syrienne. Elle a raconté à ses amis que l’homme était en exil et vivait dans la région kurde du nord de la Syrie.

Elle s’intéresse beaucoup aux problèmes auxquels les Kurdes sont confrontés dans le pays.

Emrah Bayram, ami d'Ece Heper

Birgitta Pavic ajoute que Ece Heper lui a dit que l’homme était retourné en Turquie et avait été emprisonné en septembre, prétendument pour avoir un lien avec le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), un groupe qui figure sur la liste des organisations terroristes en Turquie.

Les amis de Ece Heper disent que cette dernière vivait à Mardin, une ville du sud-est de la Turquie, mais se rendait à Kars pour aller chercher la femme de son ami et l’accompagner dans la prison où il est détenu.

Elle a été arrêtée dans la maison de la femme vers 10 h le 30 décembre, précisent ses amis.

Son avocat ajoute qu’il pourrait s’écouler plusieurs mois avant que sa cliente n’ait un procès.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un enfant impressionne à la batterie dans le métro de New York





Rabais de la semaine