Le pape François a terminé sa visite aux États-Unis dimanche par une messe en plein air à Philadelphie. La cérémonie présidée par le chef de l'Église catholique a attiré plus d'un million de personnes, selon les autorités religieuses.

Après avoir traversé la foule à bord de la papemobile, le souverain pontife s'est rendu jusqu'à l'autel au pied des imposantes colonnes du musée d'art de Philadelphie, devant un crucifix doré.

À la foule rassemblée devant lui, François a repris avec force deux thèmes centraux de sa tournée américaine, qui étaient déjà présents dans ses discours au Congrès et aux Nations unies : la défense de la famille et la protection de l'environnement.

« Protéger notre maison est un défi urgent qui prend en compte le souci de rassembler toute la famille humaine dans la quête d'un développement viable et complet », a-t-il déclaré.

Le pape de 78 ans a aussi dit aux participants que leur présence elle-même était « une sorte de miracle dans le monde d'aujourd'hui ».

La foule s'était réunie sur une dizaine de rangées le long du Benjamin Franklin Parkway. Beaucoup ont grimpé aux arbres pour avoir une meilleure vue.

Plus tôt dans la journée, le souverain pontife est allé à la rencontre d'hommes et de femmes victimes d'abus sexuels commis par des prêtres. Il a condamné des crimes odieux, sans taire les critiques sur la responsabilité de l'Église catholique.

Le pape a également rendu visite aux détenus d'une prison de Philadelphie, qui lui ont offert une chaise en bois sculpté sur laquelle il devait ensuite prendre place pour la messe de clôture de sa visite de six jours aux États-Unis.

Le chef de l'Église catholique a rencontré 60 hommes et 11 femmes détenus au centre correctionnel Curran-Fromhold, où sont incarcérées au total 2800 personnes. Vêtus d'un uniforme bleu, ils ont semblé émus de la rencontre. Ils ont serré la main du pape, et deux lui ont fait une étreinte.

« Nous avons tous besoin d'être nettoyés, lavés, et moi en premier lieu », leur a-t-il dit en espagnol. « Cette période de votre vie ne peut avoir qu'un but : qu'on vous aide à vous remettre dans le droit chemin », a-t-il dit aux prisonniers qui étaient entourés de membres de leurs familles.

Le pape François visite fréquemment des prisons; il a même déjà lavé les pieds de détenus pendant la période pascale. Il s'oppose d'ailleurs à la peine de mort en toutes circonstances et a plaidé pour l'abolition de l'isolement des prisonniers.

Le pape François doit prendre l'avion en fin de journée à destination de Rome, au terme d'une tournée qui l'a conduit successivement à Cuba puis aux États-Unis, où il a prononcé un discours devant le Congrès américain à Washington et devant l'Assemblée générale des Nations unies à New York.

Plus d'articles

Commentaires