Retour

Une forte tempête dans le sud de la Californie fait 4 morts

Le sud de l'État de la Californie aux États-Unis subit depuis vendredi les conséquences d'une intense tempête pacifique qui a notamment fait quatre morts.

Les autorités américaines rapportent des inondations, des glissements de terrain, des pannes d’électricité et des rues endommagées.

La tempête, un mélange de pluies diluviennes, de neige et de vents forts, a atteint son sommet d’intensité vendredi après-midi alors qu’environ 177 millimètres de précipitations se sont abattus sur la région. Les météorologues s’attendent à ce que le total des précipitations s’élève à 254 millimètres de pluie dans certaines parties de la Californie ainsi qu'à 60 cm de neige plus au nord.

Un homme de 55 ans est mort après avoir été électrocuté par un fil abattu, selon le service d’incendie de la ville de Los Angeles. Le service a reçu plus de 150 avis concernant des fils électriques tombés, vendredi.

Deux personnes ont également ont péri à la suite d'accidents de la route survenus près de San Diego et une autre a été trouvée sans vie dans un véhicule inondé à Victorville, situé à l’est de Los Angeles, a indiqué le service d’incendie sur Twitter.

Le Service météorologique des États-Unis a annoncé que cette tempête pourrait être la pire à avoir touché le sud de la Californie depuis janvier 1995. Des centaines d’arbres sont tombés, selon les autorités. Environ 150 000 abonnés ont été privés d’électricité.

Selon des météorologues, la région est très vulnérable depuis que le plus haut barrage du pays a été endommagé par des intempéries et a forcé l'évacuation de près de 200 000 personnes.

Évacuations

Par ailleurs, la pluie et la neige tombées dans le nord de la Californie la fin de semaine dernière menaçaient d’endommager le déversoir d’un des plus importants barrages du pays, celui du lac Oroville. Environ 188 000 résidents avaient été évacués.

Un ordre d’évacuation est toujours en vigueur samedi pour 180 résidences de la ville de Duarte à 32 km de Los Angeles en raison des risques de glissements de terrain.

Plus d'articles