Retour

Une fusillade dans un cinéma en Louisiane fait trois morts, dont le tireur

Un homme de 58 ans a ouvert le feu jeudi dans un cinéma de Lafayette en Louisiane. Il a tué deux personnes et en a blessé sept autres avant de se donner la mort, ont déclaré le chef de la police locale et un responsable ambulancier.

La fusillade a éclaté peu après 19 h au Grand Theater pendant une projection du film Trainwreck, trois ans presque jour pour jour après le massacre de 12 personnes dans un cinéma d'Aurora, dans le Colorado, ont précisé les médias et la police.

Le chef de la police de Lafayette, Jim Craft, a déclaré à CNN que trois personnes avaient été tuées, dont le tireur et que sept autres avaient été plus ou moins grièvement blessées. « L'incident a été contenu à l'intérieur du cinéma. Personne n'a été blessé à l'extérieur », a-t-il précisé.

Jim Craft a ajouté que la police connaissait l'identité du tireur, mais qu'elle ne tenait pas à la rendre publique à ce stade de l'enquête. Rien ne permettait dans l'immédiat
d'expliquer son geste.

« Le tireur est mort. Peut-être ne saurons nous jamais », a dit Jim Craft, ajoutant que l'homme n'avait apparemment pas d'antécédent judiciaire. La voiture du suspect a été trouvée à proximité et a été fouillée par les policiers.

Une femme se trouvant sur place, Katie Domingue, a dit au journal The Advertiser que le tireur était un homme blanc âgé qui a ouvert le feu sans raison apparente.

« Il n'a rien dit et je n'ai entendu personne crier », a-t-elle raconté.

Selon des témoins, une centaine de personnes se trouvaient à l'intérieur de ce cinéma de Lafayette, une ville de 120 000 habitants située à environ 90 km de Baton Rouge. Le tireur a commencé à tirer sur les spectateurs près de 20 minutes après le  début de la projection.

Le gouverneur de l'État, Bobby Jindal s'est rendu sur les lieux de la fusillade et prévoit rencontrer les familles des victimes. « Il s'agit d'une nuit terrible pour la Louisiane », a-t-il dit.

Cette fusillade en Louisiane est intervenue le jour où les jurés du procès de James Holmes, l'auteur présumé d'un massacre en 2012 dans un cinéma d'Aurora, dans le Colorado, ont retenu des circonstances aggravantes contre le tireur, qui risque la peine de mort.

James Holmes a été reconnu coupable la semaine dernière du meurtre de 12 personnes et de multiples autres charges pendant la fusillade en pleine projection du dernier Batman, The Dark Knight Rises, dans la nuit du 19 au 20 juillet 2012.

Les États-Unis ont été le théâtre de deux autres fusillades ces deux derniers mois, dont l'une a fait neuf morts dans une église noire de Caroline du Sud, provoquant une onde de choc dans tout le pays.

Le président Barack Obama a tenté à cette occasion de relancer le débat sur la vente des armes.

Armes à feu : Obama exprime sa frustration

Le président américain Barack Obama a fait savoir que « ses pensées et ses prières sont avec la communauté de Lafayette et particulièrement les familles de ceux qui ont été tués ».

Mais il a exprimé son « éprouvante » frustration face à l'absence d'avancées sur le contrôle des armes aux États-Unis, dans une entrevue diffusée par la BBC, presque au même moment où se déroulait la fusillade à Lafayette.

M. Obama a estimé que son pays était « la seule nation développée sur Terre dans laquelle nous n'avons pas suffisamment de lois sensées de contrôle des armes ».

Il a tenu à préciser que le nombre de victimes des armes à feu dépasse largement celui des victimes de l'attentat du 11 septembre. « Quand vous regardez le nombre d'Américains tués depuis le 11 septembre par le terrorisme, c'est moins de 100. Si vous regardez le nombre de gens qui ont été tués par la violence due aux armes à feu, ça va chercher dans les dizaines de milliers », a-t-il dit.

Plus d'articles

Commentaires