Retour

Une « médaille » pour un sniper israélien au tir controversé

L'armée israélienne se défend d'avoir tiré sur un Palestinien désarmé à la frontière de Gaza, comme semble en faire foi une vidéo filmée par un soldat et largement diffusée dans les médias israéliens et sur les réseaux sociaux. L'armée le présente plutôt comme un leader d'émeutiers. Les cris de joie des soldats qui ont filmé la vidéo amplifient la controverse.

Selon l’armée israélienne, qui confirme l’authenticité de la vidéo, l’homme qui s'est fait tirer dessus par un soldat israélien, le 22 décembre 2017, près du poste-frontière de Kisufim, était soupçonné d’être le chef d’un groupe d’émeutiers qui s’étaient attroupés le long de la frontière avec la bande de Gaza.

Ces événements ont eu lieu quelques jours après que le président des États-Unis, Donald Trump, eut annoncé qu’il déménageait l’ambassade américaine de Tel-Aviv à Jérusalem.

Selon un communiqué militaire israélien, l’homme aurait été touché à la jambe. Il a été pris pour cible lors d'une manifestation ponctuée de jets de pierres et de tentatives de sabotage de la clôture qui sépare la zone occupée par les Israéliens de la bande Gaza, où vivent près de 2 millions de Palestiniens sous la gouverne du Hamas.

Or, sur la vidéo controversée qui a fait le tour du monde, non seulement l’homme qui reçoit la balle semble désarmé, mais il semble aussi ne rien faire de particulier avant de s’effondrer au sol après le coup de feu, audible sur l’enregistrement.

L'enquête toujours en cours

Selon les autorités militaires israéliennes, des recommandations seront transmises à la justice militaire lorsque l’enquête opérationnelle sur cet incident sera effectuée.

Les soldats qui ont tourné et distribué la vidéo seront quant à eux sanctionnés selon les règlements en vigueur, précise l’armée.

En ce qui a trait aux cris de joie, aux encouragements et aux jurons qui ont fusé après le coup de feu, les forces israéliennes estiment qu’ils ne « répondent pas aux attentes des Forces de défense israéliennes à l'égard de leurs soldats ».

Au moment où le Palestinien s'écroule, on peut entendre, sur la vidéo, des cris de joie, ainsi que ces mots : « Quelle vidéo, fils de pute, quelle vidéo, bien sûr que j'ai filmé ».

Des félicitations pour le tireur

Quant au soldat qui a ouvert le feu sur le manifestant, le communiqué de l’armée ne fait référence à aucune sanction à son égard pour le moment.

Son geste lui a, au contraire, attiré des félicitations du grand patron de la Défense israélienne.

Selon le ministre de la Défense israélien, Avigdor Lieberman, ce soldat méritait une promotion pour ce qu’il a fait.

« On en fait beaucoup trop avec cette vidéo. Il ne s'agit pas de tirs sur n'importe qui, mais sur un terroriste qui s'approche de la barrière dans une zone interdite d'accès et en provenance d'une région contrôlée par les terroristes du Hamas », a pour sa part déclaré le ministre de la Sécurité intérieure, Gilad Erdan.

Ces déclarations en provenance de membres influents du gouvernement israélien ne risquent pas d’apaiser les tensions avec les Palestiniens et plusieurs organismes internationaux de défense des droits de la personne qui accusent Israël d’avoir recours à des moyens disproportionnés pour face aux manifestants le long de la frontière.

Le premier ministre israélien Benyamin Nétanyahou a quant à lui prévenu lundi qu'Israël ferait « mal » aux Palestiniens de la bande de Gaza qui tentent d'attaquer Israël.

Une preuve de plus, selon les Palestiniens

Pour Hanane Achraoui, une haute responsable palestinienne, cette situation ne date pas d’hier et a toujours été vivement dénoncée.

« La question des tireurs d'élite n'est pas nouvelle et il est temps que le monde croie ce que nous ne cessons de dire sur la répression israélienne », a ajouté Mme Achraoui.

L'ONG israélienne B'Tselem a pour sa part lancé une campagne appelant les soldats israéliens à ne pas ouvrir le feu vers des Palestiniens non armés.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Recettes de Noël - Ragoût de boulettes de dinde et épinards