Retour

Une sénatrice australienne démissionne parce qu'elle est... Canadienne

Larissa Waters s'est résignée à démissionner de son poste de sénatrice, mardi, après avoir découvert qu'elle possédait la double nationalité australienne et canadienne. Le 9 mai dernier, elle s'était rendue célèbre en devenant la première femme à allaiter au parlement de l'Australie.

La photo de la politicienne de 40 ans donnant le sein à son poupon à la Chambre du Sénat australien avait attiré l'attention du monde entier. Fin juin, cette parlementaire qui emmène régulièrement son bébé au travail avait même présenté une motion tout en allaitant, sous le regard réjoui d'une collègue sénatrice.

Mais mardi, Larissa Waters a dû renoncer à ses fonctions après avoir découvert qu'elle possédait à la fois la citoyenneté australienne et la citoyenneté canadienne. En vertu de la Constitution australienne, les citoyens possédant la double citoyenneté ne sont pas admissibles à un poste gouvernemental, à moins de prouver qu'ils ont tenté de modifier cette situation.

Larissa Waters est née à Winnipeg en 1977, de parents australiens qui s'étaient brièvement établis au Canada pour étudier. La famille est repartie en Australie alors que l'enfant avait 11 mois.

L'ex-sénatrice a appris par ses parents que son droit à la citoyenneté canadienne serait révoqué après l'âge de 21 ans, à moins qu'elle n'entreprenne des démarches pour la conserver. N'ayant pas entrepris ces démarches, Larissa Waters croyait qu'elle n'était qu'Australienne. « Manifestement, j'aurais dû m'informer sur ce sujet quand j'ai été nommée au Sénat en 2007 », a expliqué Mme Waters mardi en présentant sa démission.

Double coup dur pour le Parti vert

Richard Di Natale, le leader du Parti vert, la formation politique de Mme Waters, a signifié qu'il souhaitait le retour en politique de cette dernière sitôt qu'elle aura régularisé sa situation.

Le départ de Mme Waters constitue un deuxième coup dur pour le Parti vert, un autre sénateur de ce parti ayant dû démissionner la semaine passée après avoir découvert qu'il possédait la double citoyenneté australienne et néo-zélandaise.

Le leader du Parti vert a reconnu que sa formation politique devait revoir ses règles de gouvernance et renforcer ses vérifications à l'interne pour que des situations de ce genre ne se reproduisent plus.

Plus d'articles

Commentaires