Des militants nationalistes ont causé de violents heurts dans l'enceinte du parlement de Macédoine, jeudi, après l'élection d'un albanophone à la présidence de l'assemblée. Le dirigeant social-démocrate, Zoran Zaev, a notamment été blessé.

Des images retransmises en direct à la télévision ont montré Zoran Zaev le front ensanglanté alors qu'il venait d'annoncer que la coalition conduite par sa formation politique avait élu Talat Xhaferi à la présidence du Parlement.

Des députés appartenant au parti nationaliste et conservateur VMRO-DPMNE ont remis en question la légitimité de ce vote, disant qu'il n'avait pas été organisé par voie électronique comme le veut l'usage.

Un journaliste de Reuters a vu plusieurs manifestants nationalistes frapper un député. Le sol de l'assemblée était jonché de débris de verre, et des traces de sang étaient visibles dans les couloirs.

Certains des quelque 200 manifestants qui sont entrés dans le parlement étaient cagoulés. Beaucoup portaient des t-shirts aux couleurs de la Macédoine ou brandissaient son drapeau rouge et jaune.

La police a fait usage de grenades assourdissantes par la suite pour disperser des manifestants massés devant le bâtiment et permettre l'évacuation des députés encore à l'intérieur.

Manifestations quotidiennes

La Macédoine est sans réel gouvernement depuis 2015. Des élections ont eu lieu en décembre, mais elles n'ont pas encore débouché sur la formation d'un gouvernement.

La formation d'une coalition regroupant les sociaux-démocrates et deux formations politiques représentant la minorité albanophone provoque des manifestations quotidiennes à Skopje depuis plusieurs semaines.

On reproche entre autres à l'alliance gouvernementale de vouloir étendre l'usage de l'albanais. Talat Xhaferi est le premier président du Parlement macédonien issu de la minorité albanophone depuis l'indépendance du pays, en 1991.

La Macédoine est depuis lors en proie à des tensions ethniques et a failli basculer en 2001 dans la guerre civile en raison d'une insurrection de la minorité albanaise contre la majorité chrétienne orthodoxe, avant la conclusion d'un accord de paix sous l'égide de l'Union européenne et des États-Unis.

Plus d'articles

Commentaires