Retour

Vol 804 d'EgyptAir : des restes humains retrouvés

Le ministère égyptien de l'Aviation civile confirme la découverte de restes humains dans la zone où le vol MS804 de la compagnie EgyptAir a disparu. L'Airbus 320 assurant la liaison Paris-Le Caire s'est abîmé en mer Méditerranée dans la nuit de mercredi à jeudi.

La marine égyptienne « a pu récupérer de nouveaux débris de l'avion, certaines affaires appartenant à des passagers ainsi que des restes humains et des fauteuils d'avion », précise le communiqué du ministère.

L'armée égyptienne a retrouvé les débris à quelque 290 km au nord de la ville portuaire d'Alexandrie, en Égypte, et au sud-est des côtes de la Crête un peu plus de 24 heures après l'écrasement.

Les recherches se poursuivent dans la zone ciblée pour tenter de retrouver les enregistreurs de vol.

Le président égyptien Abdel Fattah Al-Sisi a offert ses condoléances aux familles des personnes qui étaient à bord de l'avion au moment de l'écrasement.

Le vol MS804 s'est abîmé en mer avec 66 personnes à son bord. L'avion a effectué un braquage de 90 degrés vers la gauche avant d'en effectuer un autre de 360 degrés vers la droite et de plonger de 7000 m.

Il se serait désintégré à quelque 3000 m d'altitude, puisque les radars ont perdu sa trace à cette altitude.

La thèse de l'attentat terroriste privilégiée

Bien qu'aucune piste ne soit écartée, la thèse de l'attentat terroriste est privilégiée par les autorités égyptiennes en raison de l'absence de signal de détresse de la part des pilotes et de la brusque disparition de l'appareil.

Aucun groupe n'a toutefois revendiqué la chute de l'appareil, alors que le groupe armé État islamique avait rapidement revendiqué l'attentat contre un avion rempli de touristes russes le 31 octobre dernier. Les 224 personnes à bord de l'appareil avaient été tuées.

Plusieurs sources de l'agence Reuters au sein de l'appareil gouvernemental américain soutiennent qu'une première révision des images enregistrées par leurs satellites dans la région ne démontre aucun signe d'explosion.

Les États-Unis n'écartent toutefois aucune piste pour expliquer la chute de l'Airbus d'EgyptAir, que ce soit une défaillance mécanique, un acte de terrorisme ou le geste délibéré d'un des pilotes.

L'aéroport de Los Angeles a d'ailleurs été le premier à resserrer ses mesures de sécurité dans la foulée de cet écrasement.

Deux Canadiens se trouvent parmi les 56 personnes qui ont péri dans le vol MS804. Outre les 56 passagers - parmi lesquels figuraient 30 Égyptiens et 15 Français - l'Airbus A320 transportait sept membres d'équipage et trois agents de sécurité.

La France, la Grèce, l'Italie, Chypre et le Royaume-Uni appuient l'Égypte dans ses recherches. Trois Français et trois Britanniques de même qu'un spécialiste technique d'Airbus sont arrivés au Caire pour participer à l'enquête.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine