Retour

Vol MH370 : un expert rejette la thèse d’un acte volontaire, défendue par un auteur canadien

L'homme qui a dirigé les recherches pour retrouver l'épave du vol MH370 de la Malaysia Airlines, disparu en mars 2014 avec 239 personnes à bord, est en désaccord avec les conclusions mises de l'avant par un expert canadien dans un nouveau livre.

Larry Vance écrit dans MH370: Mystery Solved que le pilote Zaharie Ahmed Shah a volontairement dirigé son appareil vers un coin reculé de l'océan Indien, où il l'a posé en douceur sur l'eau pour qu'il coule essentiellement intact et disparaisse.

M. Vance affirme que deux ailerons retrouvés en 2015 et 2016 sur des îles au large de l'Afrique prouvent que M. Shah a amerri à l'extérieur de la zone de 120 000 kilomètres carrés fouillée lors des opérations de recherche qui ont pris fin en janvier 2017.

Questionné à ce sujet par un comité sénatorial australien, Peter Foley, du Bureau australien de sécurité dans les transports, a répliqué que plusieurs éléments, dont des données satellitaires, démontrent que l'avion volait hors de contrôle quand il a frappé l'eau.

Des débris provenant de l'intérieur de l'avion ont aussi été retrouvés, ce qui témoigne d'un impact violent, a-t-il dit.

M. Vance écrit dans son livre que les dommages constatés sur les deux ailerons démontrent que la partie arrière a traîné sur l'eau, ce qui signifie qu'ils avaient été déployés pour amerrir en douceur.

M. Foley répond que l'examen de l'aileron retrouvé en juin 2016 a conclu qu'il n'avait « probablement pas été déployé. » L'autre aileron n'a pas pu être examiné en détail, puisque les autorités françaises l'ont saisi en vue d'un éventuel procès criminel.

Le capitaine montré du doigt

L'avion était piloté par le capitaine Zaharie Ahmad Shah et l'officier en second Fariq Ab Hamid.

Larry Vance croit plus probable que Shah ait été l'auteur du drame, parce qu'il avait demandé l'équivalent de deux heures supplémentaires de carburant avant le vol.

C'est Shah, croit-il, qui a éteint le transpondeur pour faire disparaître l'avion du radar, puis éteint les lumières de la cabine des passagers et dépressurisé l'avion.

« C'est juste un interrupteur, il peut appuyer sur un interrupteur et l'avion est dépressurisé », soutient-il.

Cela rendrait les passagers inconscients et ils seraient morts rapidement par manque d'oxygène, a-t-il dit.

Pendant cette petite fenêtre de temps, Vance croit que Shah a en quelque sorte éliminé le copilote. Il a peut-être inventé une raison de sortir le copilote du cockpit et de verrouiller la porte, le laissant mourir du manque d'oxygène dans la cabine des passagers. Ou, dit Vance, « il l'a éliminé dans le cockpit ».

Les pilotes ont des réserves d'oxygène qui peuvent durer des heures. Mais après avoir dépressurisé l'avion, il aurait été très facile pour le pilote de refouler l'avion, a dit Vance.

Vance croit qu'après six autres heures de vol, le pilote a fait un amerrissage contrôlé pour s'assurer qu'il n'y ait pas d'épave massive et que l'avion coule au fond de l'océan.

« Mon argument est qu'il avait une destination en tête, il l'a amené [l'avion] vers cette destination, a-t-il dit. Il a pris un avion et l'a fait disparaître pour que personne ne puisse jamais trouver où il est allé et que personne ne le trouve jamais. »

Plusieurs théories et un autre livre

De nombreuses théories ont circulé sur le sort de l'avion, et certains croient qu'il a été détourné ou abattu.

Le Français Ghyslain Wattrelos, un homme d'affaires qui a perdu sa conjointe et deux enfants dans la tragédie, a mené sa propre enquête avec la journaliste française Gaëlle Legenne, et leurs résultats ont été publiés ce printemps chez Flammarion : Vol MH370, une vie détournée.

Ghyslain Wattrelos ne croit pas qu’un Boeing doté d’autant de technologie ait pu disparaître en 2014 sans laisser de traces.

Selon les deux auteurs, il s’agit d’une action volontaire. Ghyslain Wattrelos postule que l’avion a été neutralisé parce qu’il y avait « quelqu’un ou quelque chose qui ne devait pas arriver à Pékin ».

Une autre enquête, menée par le journaliste Marc Duguain, veut que l'avion ait été volontairement abattu par un missile ou contrôlé à distance, parce qu'il avait été détourné dans un but terroriste.

Les recherches se poursuivent

Le vol MH370 et les 239 personnes qui se trouvaient à bord se sont volatilisés le 8 mars 2014 lors d'un vol entre Kuala Lumpur et Pékin.

Une compagnie texane, Ocean Infinity, fouille actuellement l'océan Indien pour retrouver l'épave, ou à tout le moins les enregistreurs de vol de l'avion, pour empocher la récompense de 70 millions $ US promise par la Malaisie.

Plus d'articles