Retour

Vulnérable, Theresa May doit se prononcer sur l'avancement du Brexit

Plus vulnérable que jamais après son intervention manquée au congrès annuel du Parti conservateur, la première ministre Theresa May doit prononcer lundi au Parlement un discours attendu sur les négociations sur le Brexit.

Elle devrait s'efforcer de dresser un diagnostic encourageant de l'avancée des discussions et tenter de convaincre les députés que la balle est désormais dans le camp des négociateurs européens.

Depuis le cuisant revers des élections législatives anticipées qu'elle avait convoquées en juin, l'autorité de la dirigeante est régulièrement attaquée et le doute s'est encore renforcé après l'allocution prononcée mercredi à Manchester.

Un comédien est venu perturber son intervention en lui tendant un faux formulaire de licenciement affirmant qu'il avait été « signé » par Boris Johnson, puis des quintes de toux l'ont contrainte à s'interrompre pendant plusieurs minutes.

L'image renvoyée par Theresa May a été celle d'une dirigeante vulnérable, ayant perdu sa voix comme le notaient plusieurs titres de la presse britannique jeudi matin.

Parallèlement, elle n'est toujours pas parvenue à convaincre Bruxelles d'exaucer son souhait de voir les négociations sur le Brexit commencer par des discussions sur les contours des relations futures entre Londres et Bruxelles.

Selon ses services, elle devrait dire lundi aux députés qu'elle propose à l'Europe un « partenariat nouveau, approfondi et spécial ».

« La balle est dans leur camp, je suis optimiste sur nos chances de recevoir une réponse positive », a-t-elle dit.

La Commission européenne ne s'attend pourtant pas à une avancée majeure de nature à permettre à Michel Barnier, le négociateur en chef des Européens, de recommander l'ouverture de la seconde phase des négociations, qui porteront sur le cadre de la future relation entre le Royaume-Uni et l'Union européenne.

Plus d'articles

Commentaires