Retour

Washington demande à la Chine d'exercer plus de fermeté envers la Corée du Nord

Les États-Unis ont invité, lors d'une rencontre de très haut niveau à Washington mercredi, la Chine à exercer davantage de pressions sur la Corée du Nord pour la dissuader de poursuivre son programme nucléaire et ses essais balistiques.

Le secrétaire d'État Rex Tillerson et le secrétaire à la Défense James Mattis ont reçu le ministre des Affaires étrangères Yang Jiechi et le général Fang Fenghui, chef d'état-major de l'Armée populaire de libération.

« Nous disons à nouveau à la Chine qu'elle a le devoir d'exercer plus de pressions économiques et diplomatiques sur le régime [nord-coréen] si elle veut éviter la poursuite de la surenchère dans la région », a ensuite déclaré Rex Tillerson, dans une conférence de presse en compagnie de James Mattis.

Le secrétaire d'État a par ailleurs annoncé que Donald Trump allait se rendre en Chine avant la fin de l'année.

Le président américain avait regretté la veille que les efforts déployés par la Chine pour persuader la Corée du Nord d'abandonner son programme nucléaire aient pour l'heure été vains.

Nouvel essai nucléaire en vue

Donald Trump a reçu début avril son homologue chinois Xi Jinping en Floride. Il s'était alors montré très élogieux à son égard, rompant avec la rhétorique antichinoise, centrée sur le commerce, qui a caractérisé sa campagne électorale.

Les tensions entre les États-Unis et la Corée du Nord sont vives depuis que Pyongyang a repris ses tirs de missiles, notamment balistiques. Elles ont encore été exacerbées par la mort d'un étudiant américain de 22 ans, libéré il y a une semaine pour « raisons humanitaires » après avoir passé 17 mois dans les geôles nord-coréennes. Selon son père, Otto Warmbier a été brutalisé durant sa détention.

Mardi, un responsable américain a dit que des satellites-espions américains avaient détecté des mouvements récemment sur un site nucléaire nord-coréen. Selon Séoul, la Corée du Nord est prête à procéder à tout moment à un sixième essai nucléaire.

Outre le dossier nord-coréen, les discussions de mercredi devaient porter sur la lutte antiterroriste et les contentieux territoriaux en mer de Chine méridionale, dont Pékin revendique la quasi-totalité.

« Les États-Unis continueront à voler, à naviguer et à opérer partout ou le droit international le permet », a réaffirmé James Mattis.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine