Retour

Washington et la Caroline du Nord s'engagent dans une bataille juridique sur les droits des LGBT

Aux États-Unis, la loi controversée de la Caroline du Nord sur les toilettes publiques tourne à la bataille juridique avec l'administration Obama.

Le département de la Justice a déposé lundi une poursuite contre l'État, qui a récemment adopté une loi obligeant les personnes transgenres à utiliser les toilettes correspondant à leur sexe biologique dans les édifices publics.

La procureure générale des États-Unis, Loretta Lynch, a qualifié cette loi de « discriminatoire » - un avis que partage le président Barack Obama.

Mme Lynch a aussi promis aux transgenres de tout faire pour les protéger. « Il est question, ici, de respect et de dignité », a-t-elle déclaré.

La semaine dernière, le département de la Justice avait déjà envoyé une lettre au gouverneur républicain de la Caroline du Nord, Pat McCrory, pour lui signifier que cette loi violait les droits de la personne. Elle intimait au gouverneur de révoquer la loi d'ici lundi, faute de quoi son État serait privé d'importantes subventions fédérales.

M. McCrory a donc saisi la justice fédérale lundi pour qu'elle tranche sur cette épineuse question. « Je prends cette initiative pour m'assurer que la Caroline du Nord continue à recevoir des fonds fédéraux dans l'attente d'une décision judiciaire », a-t-il déclaré par voie de communiqué. Il accuse Washington de mal interpréter la loi.

Le texte de loi qui fait débat empêche toute collectivité locale d'aller plus loin que ne le prévoient les lois de l'État pour lutter contre la discrimination. Il impose également l'utilisation des toilettes publiques en fonction de l'identité sexuelle et non de l'identité de genre.

Sa promulgation, le 23 mars, a entraîné une importante vague de désapprobation dans les milieux plus libéraux et la communauté LGBT. Au fil du temps, l'affaire a pris des proportions gigantesques.

Bruce SpringsteenBryan Adams, Ringo Starr et le Cirque du Soleil, notamment, ont annulé des spectacles dans l'État pour marquer leur opposition. Le studio hollywoodien Lionsgate a pour sa part déplacé le tournage d'une nouvelle série en Colombie-Britannique, alors que des entreprises comme General Electric, Pepsi et Levi's menacent de boycotter l'État.

Le texte de loi, qui devait d'abord s'étendre également au secteur privé, a été remanié le mois dernier par le gouverneur McCrory afin qu'il ne s'applique qu'aux bâtiments publics. Cette modification n'a toutefois pas été suffisante pour calmer la grogne des opposants.

D'aucuns croient que la bataille juridique, qui risque de se répercuter dans la campagne présidentielle, pourrait se régler devant la Cour suprême des États-Unis.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine