Retour

Washington se prépare aux manifestations anti-Trump

Washington s'est transformée en une forteresse urbaine à la veille de l'investiture de Donald Trump en raison de l'impopularité inédite dans l'histoire récente des États-Unis que cristallise le 45e président américain avant même sa prise de fonction.

La police de la capitale fédérale se prépare à la présence vendredi d'environ 900 000 personnes, à la fois pour assister à la prestation de serment de Donald Trump, mais également pour manifester contre cet homme d'affaires dont le style a coupé le pays en deux et les annonces politiques nourrissent des inquiétudes.

Quelque 28 000 membres de forces de sécurité ont été mobilisés, des kilomètres de barrières ont été installés, des points de contrôle et des barrages filtrants ont été dressés pour former un cordon de sécurité de huit kilomètres carrés dans le centre de Washington.

Une trentaine d'associations ont reçu des autorisations pour des rassemblements et des marches avant, pendant et après la prestation de serment de Donald Trump, mais des manifestations sauvages sont prévisibles.

Un groupe d'opposants baptisé Disrupt J20 a annoncé qu'il organiserait des rassemblements à chacun des 12 points de contrôle donnant accès aux festivités prévues sur le National Mall, le parc qui s'étend du Lincoln Memorial au Congrès et passe devant la Maison-Blanche.

L'une des premières démonstrations réunira des partisans de la légalisation de la marijuana afin de dénoncer la désignation comme Attorney General du sénateur Jeff Sessions, opposé à cette disposition.

Les organisateurs ont prévu la distribution de quelque 4200 joints que les participants seront invités à consommer sur place. La détention de cannabis est légale à Washington, mais pas sa consommation publique.

Une marche des femmes samedi

Le chef par intérim de la police, Peter Newsham, a déclaré que ses hommes étaient prêts à procéder à des arrestations de masse tout en espérant que cela ne soit pas nécessaire.

Des responsables de la police et des services de sécurité ont répété ces derniers jours qu'ils souhaitaient respecter les droits constitutionnels de liberté d'expression et de liberté de réunion pacifique.

La police garantira la séparation entre les partisans et les adversaires de Donald Trump afin de prévenir tout débordement.

« Le problème est que certains groupes sont pro-Trump et d'autres sont anti-Trump et ils ne vont pas s'entendre s'ils se retrouvent au même endroit », a déclaré Jeh Johnson, le patron du Homeland Security, le service de la sécurité intérieure.

Le plus important rassemblement devrait être la Marche des femmes, prévue samedi, pour laquelle les organisateurs attendent 250 000 participants, tandis que des défilés similaires se tiendront dans le pays, mais aussi dans différentes villes du monde.

La participation populaire devrait être très loin des deux millions d'Américains qui s'étaient réunis lors de l'investiture de Barack Obama en 2009 et plus proche de celle de 2013 suivie par un million de personnes.

Le choeur de la Washington National Cathedral chantera le God Bless America lors de la cérémonie d'investiture en dépit du refus de certains de ses membres.

 » Nous ne chantons pas pour le président. Nous chantons pour Dieu parce que c'est la vocation d'un chœur », a dû préciser le doyen de l'institution cette semaine.

Une manifestation anti-Trump est en outre prévue jeudi soir devant la Trump Tower à New York avec la participation du maire de la ville Bill de Blasio, du documentariste Michael Moore et des acteurs Mark Ruffalo et Alec Baldwin qui parodie régulièrement le magnat dans l'émission satirique Saturday Night Live.

Donald Trump assistera samedi à une prière interconfessionnelle à la Washington National Cathedral, dernier rendez-vous pour lui des cérémonies inaugurales.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un enfant impressionne à la batterie dans le métro de New York





Rabais de la semaine