Retour

YANIK DUMONT-BARON - Ce que ce troisième débat Clinton-Trump ne devrait pas changer

C'est devenu un cliché dans cette campagne présidentielle rocambolesque : on ne sait plus à quoi s'attendre. Bien des normes et conventions ont volé en éclats. Donald Trump a tiré la discussion dans des creux jamais imaginés. Pourtant, on peut compter sur certaines constantes à quelques heures de cet affrontement de Las Vegas.

Yanik Dumont Baron

  Une analyse de Yanik Dumont Baron

D'abord, Donald Trump a beau tirer de l'arrière dans les sondages, il peut s'appuyer sur un bassin de partisans qui semble à toute épreuve. Des gens qui voteront républicain (ou Trump), peu importe, malgré la manière dont il traite les femmes, malgré ses disputes avec les haut placés républicains.

Depuis sa mauvaise performance au premier débat, ses appuis sont demeurés relativement stables, autour de 39 ou 40 %. Hillary Clinton a l'avantage dans les intentions de vote parce que sa candidature a attiré d'autres électeurs. Des indécis, des personnes qui hésitaient probablement à l'appuyer. Des personnes assurément repoussées par le comportement de Donald Trump.

Ceux qui sont encore dans le camp Trump ne bougeront probablement pas. Ils en ont vu et entendu beaucoup depuis le début de cette campagne.

On peut aussi s'attendre à ce que Donald Trump soit son pire ennemi. Ce sont souvent ses propres paroles qui se retournent contre lui, quand il parle de toucher n'importe quelle femme entre les cuisses, quand il compare son adversaire au diable.

Son ego et son tempérament lui causent aussi des problèmes. Il s'est laissé déconcentrer lors du premier débat. Il s'est souvent laissé emporter dans des disputes inutiles qui se sont prolongées sur Twitter. Autant de moments qui ont détourné l'attention de son message.

Comment alors espérer un Donald Trump plus discipliné, capable de concentrer le tir sur les faiblesses d'Hillary Clinton? Pourtant, ce ne sont pas les angles d'attaque qui manquent. Au-delà de ce qu'on lui reproche depuis des mois, il y a les révélations fraîches venant de WikiLeaks.

Ce sont des courriels volés à des haut placés démocrates, une manne de petits détails qui rajoutent au dossier Clinton. En les lisant, les électeurs sont en droit de se demander quelles sont les véritables positions d'Hillary Clinton sur le libre-échange. Même chose au sujet de ses relations avec les grands de la finance.

Bien sûr, Donald Trump demeure imprévisible. Il pourrait trouver en lui ce qu'il faut pour demeurer discipliné durant 90 minutes de débat, pour attaquer sans devenir arrogant ou vulgaire. Il reste une vingtaine de jours à son improbable campagne. C'est peut-être trop peu pour changer ses habitudes.

La présidentielle américaine 2016 - notre section spéciale

Plus d'articles