Retour

YANIK DUMONT-BARON - Le double jeu de Donald Trump

C'est une théorie un peu controversée : le camp Trump a conclu qu'il ne pourrait pas remporter la présidence. Le reste de la campagne sera consacré à nuire au maximum à son adversaire. Pas seulement avant l'élection. Après son assermentation aussi.

Yanik Dumont Baron

  Une analyse de Yanik Dumont Baron

C'est une théorie difficile à prouver. Les indices sont subtils. Et vous serez probablement nombreux aussi à douter de cette théorie. N'empêche, lisez jusqu'au bout.

Ce qui retient l'attention en ce lendemain de débat, c'est bien sûr l'étrange refus de Donald Trump de s'engager à reconnaître le résultat de l'élection. À l'écouter, le peuple parlera le 8 novembre, mais c'est lui qui tranchera.

Cela fait plusieurs jours que le républicain fait allusion à de possibles fraudes dans les bureaux de vote. Des gens voteraient avec l'identité des morts, des gens voteraient plusieurs fois.

Le candidat n'a apporté aucune preuve; les allégations auxquelles Donald Trump fait référence ont souvent été démenties par des études. Le Washington Post, notamment, s'est penché sur l'ensemble des élections tenues depuis 2000. Plus d'un milliard de votes enregistrés... seulement 31 cas de fraude confirmés.

Reste qu'au moins 4 Américains sur 10 doutent de l'intégrité du processus électoral, dont une grande majorité de républicains. C'est à eux à qui Donald Trump s'adressait au débat de Las Vegas.

La présidentielle américaine 2016 - notre section spéciale

Tout au long des échanges, il n'a cessé de leur faire des clins d'œil : « Hillary est une femme méchante, incompétente, qui n'est pas respectée par les autres dirigeants. Elle représente le prolongement de la présidence de Barack Obama. »

Des petits signaux qui tendent vers une direction : retirer un maximum de légitimité à Hillary Clinton si elle devait remporter la présidence. Entre les lignes, c'est ce qui semble être devenu le jeu de Donald Trump.

Dans ce dernier débat, il n'a pas vraiment tendu la main aux indécis, aux électeurs provenant de minorités visibles. Même pas aux femmes, qui composent pourtant la moitié de l'électorat.

Il n'a pas vraiment utilisé sa dernière grande occasion pour tenter de remonter dans les sondages. Donald Trump s'est plutôt adressé aux hommes blancs. À sa base bien solide d'appuis. Ceux qui n'ont pas été repoussés par toutes les controverses de la campagne.

De ceux-là, Donald Trump espère une chose : qu'ils votent en grand nombre. C'est une façon d'aider les autres républicains dont le nom est aussi sur le bulletin de vote. Mais ça ne semble pas la meilleure stratégie pour remporter la présidence.

La tactique peut aussi servir un autre objectif : réduire l'écart entre Clinton et Trump dans les résultats finaux. Plus c'est serré, plus ce serait compliqué pour la première femme de devenir présidente. Plus il sera facile de crier à l'élection truquée. À la présidence illégitime.

Vous pensez que j'exagère? Que je fais partie d'une cabale néolibérale pour bloquer la volonté du peuple américain? C'est probablement ce que répondront les Américains qui s'identifient au « alt-right », cette droite plus extrême, qui déteste les élites, tant démocrates que républicaines.

L'hypothèse d'un lendemain de vote contesté les intéresse sûrement... autant qu'elle en inquiète plusieurs autres. Le camp démocrate aussi a signalé ses inquiétudes. Remarquez, ces derniers ont tout intérêt à ce qu'on attribue à Donald Trump les pires intentions.

Il y a une autre théorie pour tout expliquer. Elle est peut-être plus crédible. Donald Trump ne veut pas (ou plus) vraiment s'installer à la Maison-Blanche. Ça serait « descendre d'un échelon », a expliqué son fils aîné, Donald Trump Jr, cette semaine.

Que fera le controversé politicien après le 8 novembre? Qui sait? Remarquez, il nous a peut-être donné un indice. Ce dernier débat a été diffusé en direct sur sa page Facebook. « Si vous êtes tannés des médias dominants et partiaux, soyez à l'écoute! »

Près de 9 millions de personnes ont suivi son conseil. Est-ce que la fameuse « Trump TV » est née?

Plus d'articles