Le 21 janvier 1948, le gouvernement de Maurice Duplessis consacre le fleurdelisé drapeau national du Québec. Le nouvel emblème est rapidement adopté par les Québécois, bien qu'il soulève quelques controverses. De nos archives, la petite histoire de cet étendard.

Le fleurdelisé est le fruit d’une protestation. En 1946, l’Assemblée législative du Québec demande l’adoption d’un drapeau vraiment canadien. Le gouvernement fédéral refuse d’abandonner le Red Ensign britannique. Les partisans d’un drapeau québécois redoublent alors d’ardeur pour doter la province d’un emblème propre.

Dans ce reportage au Téléjournal du 21 janvier 1988, le journaliste Jean Bédard raconte les manigances politiques qui ont précédé l’adoption du fleurdelisé.

Le 19 novembre 1946, le député indépendant du comté de Québec, René Chaloult, inscrit une motion visant à doter le Québec d’un drapeau distinctif. Cependant, le premier ministre de l’époque, Maurice Duplessis, est toujours à l’affût d’une occasion pour s’attribuer du mérite. N’acceptant pas qu’un membre de l’opposition puisse lui ravir la paternité d’un tel symbole, il prend tout le monde par surprise.

Le 21 janvier 1948, jour même où l’on allait voter la motion Chaloult, le gouvernement Duplessis consacre par un arrêté le fleurdelisé emblème officiel du Québec. Au moment où il annonce la nouvelle en Chambre, le drapeau flotte déjà à la tour centrale de l’hôtel du Parlement.

Quelques semaines plus tard, Duplessis abolit la circonscription du député Chaloult, puis déclenche des élections. L’effet fleurdelisé se fait sentir chez les électeurs. L’Union nationale double son nombre de sièges à l’Assemblée nationale.

« Maurice Duplessis savait profiter de tout en politique. Le drapeau du Québec n’y a pas échappé. Il lui a seulement survécu », conclut dans ce reportage le journaliste Jean Bédard.

Le fleurdelisé, étendard des nationalistes

Dès son adoption en 1948, le drapeau national du Québec est accueilli très favorablement dans la population. Au cours des 70 dernières années, certaines périodes lui ont aussi été plus profitables que d’autres.

Au bulletin de nouvelles Ce soir du 20 janvier 1978, le journaliste Paul Toutant décrit un « enthousiasme indéniable » pour le fleurdelisé. Deux ans après l’élection du Parti Québécois, la ferveur nationaliste est à son apogée. Les ventes du drapeau du Québec et de ses multiples produits dérivés explosent. Le fleurdelisé est devenu le symbole par excellence des souverainistes et représente également le Québec à l’international.

Dans son reportage, le journaliste Paul Toutant revient aussi sur les origines du drapeau, avant que le gouvernement Duplessis ne se l’approprie. Sa première version, réalisée par un membre du clergé vers 1900, a été adoptée comme « signe de ralliement de la nation québécoise » par la Société Saint-Jean-Baptiste en 1936. Le député René Chaloult, André Laurendeau, le chanoine Lionel Groulx et différents groupes nationalistes ont aussi participé au mouvement pour en faire l’emblème officiel du Québec.

En 1978, la Société Saint-Jean-Baptiste milite pour qu’une journée officielle du drapeau soit instaurée. Cette requête sera exaucée en 1998. Dans le cadre du 50e anniversaire de l’emblème, le gouvernement du Québec décrète alors le 21 janvier comme jour du Drapeau.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Recettes de Noël - Ragoût de boulettes de dinde et épinards