Retour

90 élues autochtones réclament une enquête indépendante sur les abus policiers

Un regroupement de 90 femmes élues de l'Assemblée des Premières Nations du Québec-Labrador (APNQL) demandent la tenue d'une enquête indépendante sur les relations entre les policiers et les femmes autochtones.

Selon Québec solidaire, il s'agit de la première fois que des élues de l'APNQL s'unissent pour interpeller le gouvernement du Québec. La chef de la communauté de Lac-Simon, Adrienne Jérôme, réclame que la lumière soit faite sur le racisme systémique vécu dans les communautés autochtones.

Nous autres, on a le droit d'être protégées, on a le droit d'être sécurisées, on a le droit d'être écoutées, puis d'être respectées en tant que femmes.

Adrienne Jérôme, chef de la communauté de Lac-Simon

La chef estime qu'une centaine de femmes victimes d'abus n'osent pas porter plainte.

Motion bloquée

Vendredi matin, la députée de Québec Solidaire, Manon Massé, a déposé une motion en ce sens à l'Assemblée nationale. La motion a toutefois été bloquée par les élus du Parti libéral du Québec et n'a pas fait l'objet d'un débat en chambre.

Néanmoins, Manon Massé maintient que seule une enquête indépendante permettrait aux autochtones de regagner confiance envers le système de justice québécoise.

La seule façon que nous pourrons redonner aux femmes autochtones, la conviction que les corps policiers ne sont pas là pour les emmerder, pour les abuser, mais ils sont là pour les protéger, c'est en s'assurant qu'une enquête soit mise au jeu.

Manon Massé, députée de Sainte-Marie-Saint-Jacques

Le dépôt de cette motion fait suite à la mise en ligne d'une pétition sur le site internet de l'Assemblée nationale pour la création d'une telle enquête indépendante. La pétition a recueilli plus de 6 000 signatures depuis le 21 novembre.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un homme sauve un faucon d'une attaque de serpent





Rabais de la semaine