Retour

À 18 mois des élections, le gouvernement Trudeau nomme un nouveau DGE

Près d'un an et demi après le départ de Marc Mayrand, le gouvernement Trudeau propose la nomination de Stéphane Perrault au poste de directeur général des élections (DGE). L'avocat constitutionnaliste, qui a passé une vingtaine d'années dans la fonction publique, occupait déjà le poste de façon intérimaire.

Un texte de Fannie Olivier

L’annonce de sa nomination survient à 18 mois des prochaines élections générales. Aux yeux de celui qui a occupé le poste de 1990 à 2007, Jean-Pierre Kingsley, il était grand temps que ce poste névralgique soit comblé.

« Je pense que [cette lenteur] a été un manque important aux principes démocratiques du pays », a-t-il indiqué en entrevue.

« C’est quand même relativement facile. On fait un concours, les Canadiens et Canadiennes intéressés se manifestent, on fait un choix, on fait une nomination. Voilà », a-t-il fait valoir.

Un autre candidat évoqué

Divers médias avaient révélé le mois dernier que le candidat choisi était Michael Boda, actuellement directeur général des élections de la Saskatchewan.

Mais selon le Nouveau Parti démocratique, les libéraux de Justin Trudeau ont écrit aux partis d’opposition pour leur faire part d’un autre choix, sans expliquer pourquoi ils retournaient leur veste.

« Je reste préoccupé par cet avis à la dernière minute de cette nomination », écrit le député néo-démocrate Nathan Cullen dans une lettre destinée au premier ministre.

Le ministre responsable du dossier, Scott Brison, a accusé le NPD de violer la vie privée des candidats en divulguant ces informations. « On respecte beaucoup leur vie privée, et j’espère que les néo-démocrates vont démontrer le même respect », a-t-il soutenu à la sortie de la période des questions à la Chambre des communes, mardi.

Dans sa missive, M. Cullen signale par ailleurs que le gouvernement Trudeau - qui se targue d’avoir un processus de nominations ouvert et transparent - devrait consulter véritablement les partis d’opposition sur les nominations d’agents du Parlement, et non seulement se contenter de les aviser de son choix.

Le Comité de la procédure et des affaires des Communes doit examiner la candidature de M. Perrault dans les 30 prochains jours, après quoi elle sera soumise au vote des députés.

La semaine dernière, le gouvernement Trudeau a déposé le projet de loi C-76 sur la modernisation des élections. M. Perrault devra notamment veiller à l’application de cette nouvelle loi, une fois adoptée.

Plus d'articles