Retour

Abel Bosum élu grand chef du Grand Conseil des Cris

L'ancien négociateur du gouvernement de la Nation crie, Abel Bosum, a remporté lundi le second tour pour le poste de grand chef du Grand Conseil des Cris (GCC) avec 55,91 % des voix devant le grand chef adjoint sortant, Rodney Mark.

Un texte de Vanessa Destiné

« Je suis très heureux d'avoir reçu le soutien de ma communauté. Je crois que nous avons mené une bonne campagne en nous intéressant aux enjeux qui touchent vraiment les gens et nous avons été capables d'identifier ces enjeux en leur parlant directement sur les réseaux sociaux », a déclaré Abel Bosum au lendemain de sa victoire.

Un second tour avait été annoncé à l’issue du premier scrutin le 12 juillet puisqu’aucun des cinq candidats alors dans la course n’avait réussi à obtenir la majorité nécessaire pour remporter l’élection. Les électeurs de la nation crie ont donc été invités à trancher entre les deux meneurs, Abel Bosum et Rodney Mark.

Le nouveau grand chef a eu de bons mots pour son adversaire en rappelant que la course avait été cordiale entre tous les aspirants chefs. « Je savais que Rodney performerait vraiment bien durant ce second tour. Et je le félicite pour tous ses efforts », a affirmé M. Bosum.

Une victoire bien accueillie

Abel Bosum succède ainsi à Matthew Coon Come qui a annoncé au début du mois de juin qu’il tirait sa révérence après cinq mandats à titre de grand chef du GCC. M. Coon Come a d'ailleurs salué la victoire d'Abel Bosum. « Encore une fois, la grande nation crie a parlé pour décider qui va nous mener au prochain niveau. Félicitations à notre nouveau grand chef », a-t-il déclaré par voie de communiqué.

Matthew Coon Come a lui aussi souligné le parcours du candidat défait, Rodney Mark, avec qui il a travaillé pendant plusieurs années. Il a notamment évoqué les efforts mis par M. Mark pour la défense des droits des Cris.

L'élection d'Abel Bosum a également été saluée par le gouvernement du Québec. « Abel Bosum est quelqu'un avec qui nous avons déjà travaillé et nous nous réjouissons de travailler à nouveau avec lui », a déclaré le ministre québécois responsable des Affaires autochtones, Geoffrey Kelley.

« Je crois que cette élection s'inscrira dans la continuité des bonnes relations entre le gouvernement du Québec et la gouvernance crie », a ajouté le ministre.

Le ministre Kelley a également évoqué l'héritage de Matthew Coon Come en précisant qu'il avait « énormément de respect » pour l'ancien chef. « C'est un modèle à suivre et c'est quelqu'un qui toujours eu à cœur la défense des intérêts de sa nation », a-t-il indiqué.

Des priorités déjà identifiées pour le nouveau chef

Tout au long de sa campagne, Abel Bosum a martelé qu’il fallait faire du logement la priorité pour les Cris de la province.

M. Bosum, qui a longtemps été chef d’Oujé-Bougoumou, soutient qu’il faut offrir des logements abordables à tous les membres des neuf communautés cries de la province pour résoudre les problèmes auxquels ils sont confrontés. Il estime qu’il manque actuellement 3000 maisons pour pallier les besoins de ses pairs.

Le développement économique est d'ailleurs une des autres priorités du nouveau grand chef qui se montre particulièrement soucieux de mettre en place des politiques et des initiatives pour favoriser le développement économique des différents membres de sa communauté.

« Je veux soutenir nos chasseurs et nos trappeurs avec des mesures économiques spécifiques. Ils arpentent notre territoire et veillent à perpétuer notre mode de vie ancestral et pourtant, j'ai l'impression qu'on a les a quelque peu négligés », a souligné Abel Bosum.

Parmi les autres enjeux dans la mire d'Abel Bosum, on retrouve le taux de diplomation peu élevé chez les jeunes Cris. « Nous devons lutter contre le décrochage, nous devons aider nos jeunes à développer des aptitudes et ainsi renforcer nos capacités et notre main-d'oeuvre », a-t-il précisé.

L’élection du nouveau grand chef du GCC survient alors que les Cris du Québec viennent d’obtenir davantage d’autonomie sur leur territoire par le biais d’une entente signée avec Ottawa.

Abel Bosum a confirmé avoir déjà discuté avec les élus provinciaux après sa victoire. « J'ai reçu des appels du premier ministre québécois Philippe Couillard et du ministre québécois responsable des Affaires autochtones, Geoffrey Kelley. Donc en plus du soutien de la communauté crie, je sens que le gouvernement du Québec a très hâte de travailler avec nous », a indiqué le grand chef.

« Nous avons déjà établi de bonnes relations avec les gouvernements du Québec et du Canada. Nous allons continuer à solidifier ces relations pour nous aider à combattre les problèmes qui affectent nos communautés. C'est une entente qui est bonne pour tout le monde : elle est bonne pour le Canada, le Québec ainsi que tous les membres de notre communauté », a-t-il conclu.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine