Retour

Affaire Omar Khadr : la veuve du soldat tué en Afghanistan veut obtenir l'argent d'Ottawa

L'avocat de la veuve du soldat américain tué en Afghanistan a indiqué mardi avoir fait une demande pour que toute somme versée par le gouvernement canadien à l'ancien détenu de Guantanamo Bay, Omar Khadr, lui soit remise à elle, ainsi qu'à un autre soldat blessé.

L'avocat Don Winder a fait cette annonce au moment où la décision du gouvernement canadien de présenter ses excuses à Omar Khadr et de lui verser des millions de dollars est accueillie par une pluie de critiques.

Une source au courant de l'entente a déclaré sous le couvert de l'anonymat, mardi, qu'Omar Khadr recevrait 10,5 millions de dollars. Le gouvernement et les avocats du Canadien ont négocié cette entente le mois dernier.

Omar Khadr avait 15 ans lorsqu'il a été capturé par les troupes américaines, au terme d'une fusillade qui a coûté la vie au soldat Christopher Speer et a blessé le sergent Layne Morris. Omar Khadr, soupçonné d'avoir lancé la grenade qui a tué le soldat, avait été transféré à la prison de Guantanamo et éventuellement accusé de crime de guerre.

Il a plaidé coupable en 2010 et été condamné à huit ans de prison, en plus du temps déjà passé derrière les barreaux. Il est rentré au Canada deux ans plus tard pour purger le reste de sa peine et a été libéré en mai 2015 pendant que ses avocats contestaient ses aveux de culpabilité qui, selon lui, ont été faits sous la contrainte.

Omar Khadr a passé 10 ans à Guantanamo Bay. Son cas a attiré l'attention à l'échelle internationale après que certains l'eurent qualifié d'enfant-soldat.

La veuve de Christopher Speer et le sergent Morris, devenu aveugle à la suite de l'explosion de la grenade, ont intenté une poursuite contre Omar Khadr pour homicide délictuel et blessures, en 2014, craignant que celui-ci n'obtienne de l'argent de la part du gouvernement canadien, qu'il poursuivait pour 20 millions de dollars. Un juge américain leur avait accordé 134,2 millions de dollars américains en dommages en 2015.

Les avocats du Canadien ont longtemps dit que leur client avait été forcé à faire la guerre par son père, Ahmed Said Khadr, dont la famille a brièvement habité avec Oussama ben Laden quand Omar Khadr était enfant. Le père Khadr, un homme originaire d'Égypte, a été tué en 2003 lorsqu'un hélicoptère militaire pakistanais a frappé la maison où il résidait avec des agents d'al-Qaïda.

Plus d'articles

Commentaires