Retour

Affaire Stan Struthers : le NDP doit faire son examen de conscience, dit Wab Kinew

Le chef du Nouveau Parti démocratique (NPD) du Manitoba a convoqué une commission du parti sur l'inconduite sexuelle en milieu de travail, en réponse à des plaintes d'attouchementS concernant l'ancien ministre du NPD Stan Struthers. Une enquête de CBC/News a révélé qu'au moins cinq femmes se sont plaintes au NPD de contacts non désirés et de chatouillements de la part de M. Struthers.

Plusieurs membres du NPD du Manitoba, dont une ancienne ministre, collègue de Stan Struthers, ont dit à CBC avoir fait l'objet d'attouchements répétés et non désirés de la part de l'ancien ministre des Finances et de la Conservation, qui a quitté la politique en 2016.

Le NPD a admis que M. Struthers n'a jamais fait l'objet de mesures de discipline. Le parti ne peut pas confirmer qu'il y a déjà eu une enquête à son sujet. M. Struthers s'est en revanche excusé pour son comportement dans une déclaration écrite.

Selon le chef du NPD, Wab Kinew, il s'agit là d'un sérieux faux pas, ce qui le pousse à convoquer une commission du parti sur l'inconduite sexuelle en milieu de travail.

« Je veux que cette commission réponde à la question suivante : comment un parti qui défend les droits des personnes vulnérables peut-il permettre aux gens d'être victimisés et, quand ils cherchent un recours, [comment ce parti peut-il] détourner le regard? », a-t-il déclaré.

Des recommandations attendues d'ici le mois de mai

Wab Kinew espère que la commission pourra mener son enquête et faire des recommandations d'ici le mois de mai.

En conférence de presse jeudi, le chef du NPD est allé plus loin en disant que le NPD du Manitoba méritait de perdre les dernières élections et qu'il n'avait pas réussi à protéger des personnes vulnérables.

« Je suis très déçu et désolé parce que pour moi, notre parti est censé être le parti qui lutte pour ceux qui n'ont pas de pouvoir. Mais il apparaît que nous avons créé une situation ici, au Palais législatif, où des personnnes détentrices d'un certain pouvoir en ont blessé d'autres, et pour moi, c'est une situation très grave », a déclaré Wab Kinew.

CBC a confirmé qu'en 2015 deux femmes avaient porté plainte auprès d'un chef de cabinet du NPD au sujet d'attouchements et de comportements non désirés de la part de Stan Struthers.

Le chef de cabinet a affirmé à CBC qu'il avait parlé à M. Struthers des plaintes et signifié que cela ne serait pas toléré. M. Struthers n'a pas fait l'objet de mesures disciplinaires.

De son côté, Wab Kinew a déclaré que, à l'époque, si les membres du parti étaient au courant des agissements de M. Struthers, des actions auraient dû être prises.

Formation obligatoire pour le personnel

Wab Kinew a ajouté que son parti ne sera pas prêt à gouverner tant que les Manitobains ne seront pas à l'aise avec l'idée de voir leur fille ou leur soeur travailler au sein du NPD.

Son parti, dit-il, impose à ses membres une formation obligatoire sur le respect et l'inconduite sexuelle en milieu de travail. M. Kinew demandera de plus à l'ancien premier ministre et actuel député néo-démocrate Greg Selinger pourquoi rien n'a été fait au sujet des plaintes alors qu'il était premier ministre.

De son côté, le Parti progressiste-conservateur assure avoir mis en place des garde-fous pour sanctionner tout cas d'inconduite sexuelle au sein de son personnel.

« Toute plainte reçue par notre gouvernement sera prise au sérieux et suivie », assure la ministre responsable de la Condition féminine, Rochelle Squires.

Lorsqu'une allégation est faite, une enquête est ouverte, dit-elle par communiqué. À la suite de l'enquête, des mesures disciplinaires peuvent être prises contre l'auteur et peuvent aller jusqu'au renvoi, explique la ministre.

Plus d'articles