Retour

Agrandissement du Château Laurier : bientôt un concept moins imposant

Les propriétaires du Fairmont Château Laurier vont présenter d'ici deux semaines à la Ville d'Ottawa un nouveau concept d'agrandissement de l'édifice iconique patrimonial au centre-ville d'Ottawa.

Les architectes de Larco Investments ont été obligés de retourner à leur table à dessin, après avoir présenté une première mouture qui a été fortement décriée par le public et le maire Jim Watson.

La nouvelle de cette imminente présentation est tombée jeudi matin au sous-comité du patrimoine bâti de la Ville d'Ottawa, qui a approuvé la démolition du stationnement de cinq étages derrière l'hôtel. Cette démolition se fera en étapes vers le mois de mars et le propriétaire conservera le rez-de-chaussée afin de ne pas enlaidir le paysage.

Le président du sous-comité, le conseiller de Rideau-Rockliffe Tobi Nussbaum, croit que la nouvelle version du projet d'agrandissement va répondre aux critiques du public.

« Je n'ai pas vu les plans finaux », a dit M. Nussbaum. « Mais je m'attends à ce que le nouveau concept soit différent de ce qu'on a vu l'année passée. »

M. Nussbaum ajoute qu'il s'attend à ce que la nouvelle aile de plusieurs étages soit moins imposante et s'intègre mieux à l'hôtel patrimonial, en permettant entre autres de dégager une vue sur l'édifice et le toit de l'hôtel.

La Ville d'Ottawa a mis sur pied, l'an dernier, un comité d'experts afin d'appuyer Larco Investments dans la conception de l'agrandissement du Château Laurier.

Le conseiller de Rideau-Vanier, Mathieu Fleury, affirme que les discussions avec les propriétaires du Château Laurier ont montré une ouverture des propriétaires de l'hôtel à concevoir un agrandissement moins massif.

Pour l'architecte Barry Padolsky, membre du sous-comité du patrimoine bâti de la Ville d'Ottawa, ce projet d'agrandissement est important au point de vue architectural autant pour la Ville d'Ottawa que pour le gouvernement fédéral, puisque l'hôtel patrimonial « est le seul édifice privé situé en bordure de la colline du Parlement ».

Après le dépôt du projet, le public pourra réagir aux plans pendant environ un mois, avant que le projet ne soit étudié par la Ville et la Commission de la capitale nationale au printemps.

Avec les informations du journaliste Gilles Taillon

Plus d'articles