Retour

Aide médicale à mourir : l'Alberta se rapproche d'une politique 

Services de santé Alberta évalue plusieurs options pour encadrer l'aide médicale à mourir dans la province, mais la pratique divise toujours les médecins albertains. 

Le président du comité chargé d'élaborer la politique, le docteur James Silvius, croit qu'un changement de culture doit s'opérer au sein de la communauté médicale avant que l'aide médicale à mourir soit acceptée.

Il ajoute qu'environ 80 médecins albertains ont indiqué qu'ils seraient prêts à aider un patient qui veut mettre fin à ses jours, lorsque la loi fédérale entrera en vigueur le 6 juin.

Deux options étudiées 

Le comité chargé d'élaborer la politique encadrant l'aide médicale à mourir propose deux options pour les patients qui répondent aux critères de la Cour suprême du Canada.

La première serait qu'un médecin administre une dose mortelle d'un médicament à son patient, explique James Silvius.

La deuxième serait qu'un patient administre lui-même le médicament prescrit par un médecin et préparé par un pharmacien. Dans ce cas, le médicament devra être consommé dans un délai de 24 heures.

Services de santé Alberta doit aussi déterminer, selon ce que permettra la loi, comment gérer les requêtes de mineurs et de patients qui souffrent de problèmes de santé mentale.

« Il s'agit d'un véritable défi. Nous voulons nous assurer d'avoir la meilleure politique possible en place », dit James Silvius.

D'après les informations de CBC

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine