Retour

Aide médicale à mourir : la voix discordante d'un député libéral manitobain

Robert-Falcon Ouellette, le député libéral de Winnipeg-Centre, se dit en désaccord avec la ligne du gouvernement fédéral sur l'aide médicale à mourir.

Le projet de loi C-14 présenté jeudi donnerait le droit à une catégorie restreinte de personnes de demander l'assistance d'un médecin pour mourir.

La loi ne s'appliquerait qu'aux personnes dont « la mort est devenue raisonnablement prévisible », peu importe qu'un pronostic concernant leur espérance de vie ait été établi.

Robert Falcon Ouellette dit qu'il se sent personnellement en conflit avec ce projet. Il hésite à le soutenir en raison des récentes vagues de suicides qui ont touché des communautés du nord du Manitoba et de l'Ontario.

Le député craint que ce projet de loi, qu'il considère comme une « valorisation du suicide », n'envoie un mauvais message à une jeunesse qu'il estime déjà fragilisée.

« La chose sur laquelle je me questionne le plus, c'est par rapport à la communauté d'Attawapiskat, dit-il. C'est les jeunes enfants qui peuvent croire que le suicide, c'est quelque chose de valorisé, que le suicide, c'est une option. Je ne veux pas qu'on valorise le suicide et que les gens disent que c'est acceptable. »

Robert Falcon-Ouelette dit qu'il ne sait pas encore ce qu'il fera lorsque le projet sera présenté devant la Chambre des communes.

a

Plus d'articles

Commentaires