Retour

Aide médicale à mourir : les députés libéraux pourraient voter librement

Le gouvernement libéral de Justin Trudeau recule sur la notion de ligne de parti et laissera peut-être ses députés voter comme ils l'entendent pour faire adopter une loi encadrant l'aide médicale à mourir, a confirmé vendredi le bureau du premier ministre à Radio-Canada.

Ottawa juge maintenant qu'il était prématuré de dire que ce vote suivrait une ligne de parti.

Le gouvernement va donc attendre qu'un projet de loi soit rédigé avant de se décider, a affirmé le leader du gouvernement en chambre, Dominic LeBlanc, dans un entretien avec le Globe and Mail.

Le bureau du premier ministre a confirmé cette information à Radio-Canada, sans donner plus de détails.

La plateforme électorale du Parti libéral du Canada prévoit que les votes libres des membres du caucus seront « la norme », sauf sur les questions touchant à la Charte canadienne des droits et libertés.

Dominic LeBlanc avait affirmé au Globe and Mail la semaine dernière que l'aide médicale à mourir relevait de la Charte.

Ottawa a jusqu'au 6 juin pour adopter un projet de loi reconnaissant le droit pour des adultes consentants affectés par des problèmes de santé graves et irrémédiables d'obtenir une aide médicale à mourir.

Le Parti conservateur, le Nouveau Parti démocratique et le Bloc québécois entendent laisser voter leurs députés librement, selon leur conscience.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Recettes de Noël - Ragoût de boulettes de dinde et épinards