Retour

Alberta : plafond de 4000 $ pour les dons politiques

Les Albertains ne pourront plus donner plus de 4000 dollars par an aux partis politiques provinciaux, qui devront eux-mêmes limiter leurs dépenses de campagne, selon un projet de loi adopté mardi.

Cette nouvelle loi modifie la règle actuelle selon laquelle les particuliers peuvent verser jusqu'à 15 000 $ aux partis politiques albertains, une limite qui double à 30 000 $ en période électorale.

Le projet de loi 35 pour « un financement électoral juste », impose aussi pour la première fois un plafond de dépenses que les partis devront respecter au cours d'une campagne électorale.

Ce plafond sera de deux millions de dollars pour les partis, et de 50 000 dollars pour chacun des candidats.

Lors des dernières élections provinciales de 2015, le Parti progressiste-conservateur avait dépensé plus de 4 millions de dollars, loin devant le NPD (1,6 million) et le Wildrose (1,1 million). Plusieurs candidats avaient dépensé plus de 100 000 $ pour leur propre campagne.

Les tiers partis seront surveillés

La loi va aussi encadrer les organisations tierces qui font de la publicité politique en leur imposant des limites de dépenses et la publication des détails des dons de plus de 250 $ qu'elles reçoivent.

Les néo-démocrates affirment que cette loi améliorera la transparence du système électoral et qu'elle limitera le rôle de l'argent.

Les partis d'opposition affirment qu'ils soutiennent le principe d'une limite des contributions et d'un plafond des dépenses.

Mais ils ont aussi dénoncé le détail de plusieurs mesures dans lesquelles ils voient une tentative du gouvernement de jouer avec les règles à son propre avantage.

Ils essayent de faire pencher la balance électorale en leur faveur

Ric McIver, chef progressiste-conservateur

« Ils ont conservé leur capacité à utiliser l'argent des contribuables pour leur propre avantage », a dénoncé le député du Wildrose Jason Nixon, qui aurait souhaité que la loi interdise au gouvernement d'annoncer des dépenses publiques pendant les campagnes électorales.

Les partis d'opposition jugent aussi que le travail des bénévoles de leurs associations locales sera considérablement accru par la multiplication des rapports à remplir. Ils soulignent que ces nouvelles exigences n'auront au contraire que peu d'influence sur les associations locales du Nouveau Parti démocratique, dont beaucoup sont traditionnellement très peu actives, le parti provincial assurant une grande partie du travail militant.

Il s'agit de la deuxième loi adoptée par les néo-démocrates pour limiter le financement politique. La première loi adoptée par la nouvelle majorité avait interdit aux entreprises et aux syndicats de verser de l'argent aux partis.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Ce husky n'arrête pas d'éternuer!





Rabais de la semaine