Retour

Alcool au volant : un coup dur pour la carrière de Don McMorris, dit un expert

La carrière politique de Don McMorris, qui a démissionné de son poste de vice-premier ministre de la Saskatchewan après avoir conduit sous l'effet de l'alcool, connaît un sérieux revers, selon un expert.

Daniel Béland, politologue à l'Université de la Saskatchewan, croit que Don McMorris pourrait perdre l'influence qu'il a auprès des députés du Parti saskatchewanais, notamment parce qu'il ne participera plus aux réunions du caucus.

« C'est certain que ça le prive de tout pouvoir significatif au sein du gouvernement, donc c'est un déclassement professionnel vraiment dramatique », a-t-il expliqué.

Il souligne qu'en quittant sa place au sein du gouvernement, où il était chargé de dossiers importants, Don McMorris redevient alors « un simple député ». « Un simple député qui ne fait même plus partie de son caucus de parti, c'est un changement radical », explique Daniel Béland.

Ce dernier croit cependant que Don McMorris a toujours des chances d'être élu s'il se représente aux prochaines élections. Ses chances de revenir au Cabinet sont toutefois minces dans l'immédiat, estime l'expert.

« Si ça se produit un jour, ça va quand même prendre du temps. Et c'est certain qu'il ne redeviendra pas ministre responsable de la Société d'assurances de la province », conclut Daniel Béland.

Don McMorris a obtenu un résultat positif lors d'un test d'alcoolémie effectué vendredi soir dans une zone de construction près du village de White City, à 10 km à l'est de Regina.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine