Retour

Alexandre Taillefer prend ses distances avec Voir et L'actualité

Alexandre Taillefer démissionne du conseil d'administration de la société Mishmash Média, propriétaire des publications Voir et L'actualité, quelques heures après avoir annoncé qu'il devenait directeur de la campagne électorale du Parti libéral du Québec (PLQ).

Dans un communiqué publié vendredi, l'homme d'affaires a coupé court aux spéculations entourant le fait qu'il soit à la tête d'entreprises de presse tout en dirigeant la campagne électorale libérale en annonçant que « le plein pouvoir décisionnel de Mishmash Média, sans droit de regard, sera assumé par le président Éric Albert pour l'administration complète et les décisions d'affaires ».

L'entrepreneur québécois ajoute qu'il met également fin dès maintenant à la chronique qu'il signait dans le magazine Voir.

Dès l'annonce de sa nomination au poste de président de la campagne électorale libérale, jeudi, autant l'opposition que les médias ont évoqué la possibilité que M. Taillefer utilise Voir et L'actualité pour influencer l'opinion publique ou défendre les intérêts du PLQ pendant la campagne électorale québécoise qui débutera vers la fin de l'été.

Se disant « conscient du malaise que crée cette situation chez les journalistes employés par Mishmash Média », Alexandre Taillefer a préféré prendre ses distances de la direction de l'entreprise par souci de transparence.

« La structure actuelle de XPND Capital et de Mishmash Média fait qu'il est possible pour moi de mettre rapidement mon investissement minoritaire dans les médias à distance », soutient Alexandre Taillefer en ajoutant qu'il compte sur le « professionnalisme exemplaire » des journalistes des deux magazines pour qu'ils continuent à « effectuer leur travail sans rien changer ».

« Un certain embarras »

Le chef du bureau politique de L'actualité, Alec Castonguay, a d'ailleurs témoigné de ce malaise dans un article paru sur le site de la revue dans lequel il salue la décision prise par son patron vendredi matin de mettre fin à cette « situation intenable ».

Soulignant qu'Alexandre Taillefer ne s'est jamais ingéré dans les affaires éditoriales et qu'il a toujours respecté une certaine distance avec les journalistes, M. Castonguay affirme avoir néanmoins ressenti un certain inconfort lorsqu'il a appris qu'il dirigerait la campagne d'un parti politique.

« En tant que chef du bureau politique de L’actualité, je suis dans une position inconfortable. La propriété médiatique et la politique active forment un cocktail indigeste. Je l’ai toujours pensé et je n’ai pas changé d’idée », écrit-il.

Quant aux mesures prises par son patron, Alec Castonguay ajoute avec prudence : « Ça me semble tenir la route, mais pour être bien honnête, on verra à l’usage ».

Le rédacteur en chef de la revue Voir, Simon Jodoin, dans un texte publié sur Facebook, fait état de la même indépendance éditoriale que son collègue de L'actualité tout en précisant qu'il n'a jamais traité Alexandre Taillefer, qui signait une chronique dans Voir, d'une façon différente des autres personnes qui y contribuent. Simon Jodoin a cependant lui aussi évoqué un « certain embarras au sein des troupes ».

Surprise à l'Assemblée nationale

L'arrivée d'Alexandre Taillefer en politique sous la bannière du PLQ a créé la surprise jeudi à l'Assemblée nationale et soulevé plusieurs questions sur les intentions et les convictions politiques de l'homme d'affaires qui est notamment inscrit au registre des lobbyistes du Québec et qui avait jusque-là contribué à plusieurs partis politiques, tant au fédéral qu'au provincial.

Il serait aussi membre du PQ et aurait été membre de la CAQ, selon ce que des sources ont rapporté à Radio-Canada. Le principal intéressé nie le tout.

La bonne décision

Selon Me Donald Riendeau, fondateur et directeur général de l’Institut de la confiance dans les organisations, M. Taillefer a pris la bonne décision en prenant ses distances de ses entreprises de presse.

« Il était vraiment nécessaire qu’il mette une frontière rédactionnelle et s’enlève de pouvoirs décisionnels avant la campagne. », a expliqué Me Riendeau sur les ondes de l’émission Gravel le matin en ajoutant qu’Alexandre Taillefer devra probablement aller plus loin, notamment parce qu’il est lobbyiste auprès du gouvernement.

Or, le premier ministre Philippe Couillard, qui se réjouissait jeudi de l’arrivée de M. Taillefer dans ses rangs, ne voyait pas, lui, la nécessité pour M. Taillefer de prendre ses distances avec Voir et L'actualité, dans la mesure où il occupera un poste non élu au sein du PLQ.

Un avis que ne partageait cependant pas le ministre libéral Pierre Moreau, qui déclarait aux journalistes qu’Alexandre Taillefer « doit prendre toutes les mesures que tous ceux qui s’engagent en politique doivent prendre, c’est-à-dire […] s’assurer qu’il n’y a pas de situation de conflit ou des situations apparentes de conflit d’intérêts ».

« Ça s’applique à lui, ça s’applique à tout le monde et à tous les partis », avait alors conclu le ministre.

Un entrepreneur avant tout

À la tête du Fonds d’investissement XPND, fondateur du service de transport Téo Taxi et figure bien connue de l’émission Les Dragons sur les ondes de Radio-Canada, Alexandre Taillefer a construit sa fortune au début des années 2000 dans les technologies de l’information. Mishmash Média, dont il est propriétaire, possède notamment la revue L'actualité ainsi que le magazine Voir.

Aussi présent dans le milieu des arts, Alexandre Taillefer occupe les fonctions de président du conseil d'administration du Musée d'art contemporain de Montréal.

L'entrepreneur est également connu pour son implication sociale, notamment par la réalisation d'un documentaire sur la cyberdépendance intitulé Bye qui relate le suicide de son fils Thomas, à l'âge de 14 ans.

Plus d'articles