Retour

Anglophones en région : Statistique Canada admet son erreur

Statistique Canada admet qu'il s'est glissé une erreur dans son recensement 2016 sur le nombre d'anglophones au Québec.

Les réponses d’environ 61 000 personnes ont été classées incorrectement en raison d’une erreur dans un programme informatique, a indiqué l’organisme vendredi.

Statistique Canada assure qu'il apportera les corrections nécessaires et que les résultats seront mis à jour dès la semaine prochaine. « Nous prenons également des mesures pour consolider nos procédures de contrôle de la qualité », a précisé l’organisme par communiqué de presse.

Des doutes légitimes

Un peu plus tôt cette semaine, des doutes avaient été soulevés quant à la fiabilité de ces données qui indiquaient une hausse étonnante de la population anglophone en région.

Des 57 325 anglophones supplémentaires relevés par le recensement, plus de la moitié a été remarquée à l’extérieur de Montréal, dans des villes majoritairement francophones.

On indiquait notamment que les villes de Saguenay et de Rimouski avaient enregistré des augmentations impressionnantes, soit de 115 % et 164 % respectivement. Des données que s'expliquait mal le directeur de l’Association des études canadiennes, Jack Jedwab, en entrevue jeudi sur les ondes de RDI.

Sur le terrain, les municipalités de Rimouski et de Saguenay, entre autres, ont précisé n'avoir remarqué aucune augmentation de leur population anglophone.

Quels impacts?

Jeudi, Jack Jedwab indiquait que la publication de données erronées pouvait avoir un impact important sur les services offerts à la population.

« Les gouvernements déterminent en fonction de ces chiffres le niveau de services qui est nécessaire pour des communautés [de] minorités linguistiques, mais aussi pour d’autres services. C’est comme un effet domino, si on change ça, alors il va y avoir des changements ailleurs aussi », avait-il expliqué.

Plus d'articles

Commentaires