Ça fait trois jours que la session parlementaire a recommencé à Québec. Ça fait trois jours que les partis d'opposition bombardent le premier ministre Couillard de questions sur Anticosti.

Un texte de Sébastien Bovet

Tout le monde comprend que tant que M. Couillard sera premier ministre, il n'y aura pas d'exploitation de pétrole ou de gaz naturel par fracturation hydraulique sur Anticosti. Le problème, c'est qu'il ne l'a pas encore dit « officiellement ». Le problème, c'est qu'en même temps, il dit qu'il respectera le contrat signé avec les compagnies pétrolières.

Alors, tant que sa position reste molle et non officielle, les oppositions attaquent. Et elles le font sur plusieurs fronts :

  • Que vaut la signature du gouvernement si, quand il change, celui qui lui succède peut déchirer des contrats?
  • Quel message le premier ministre envoie-t-il aux investisseurs étrangers s'il se permet de déchirer des contrats conclus par le gouvernement?
  • Comment peut-il tourner le dos à des « pétrodollars » qui pourraient rénover nos écoles et solidifier le réseau de la santé?
  • S'il veut protéger Anticosti, c'est pour protéger les riches qui vont y chasser et pêcher! (Celle-là, elle est un peu tirée par les cheveux...)

Voilà donc l'état du débat sur Anticosti. En une semaine, honnêtement, on n'a pas avancé. Et si on n'a pas avancé, c'est parce que Philippe Couillard se cherche toujours un prétexte pour enterrer le contrat d'exploration et d'exploitation des hydrocarbures sur Anticosti. Et tant qu'il n'enterre pas le contrat officiellement, il s'expose à la critique.

Un fromage semi-ferme

En fait, on peut comparer cette situation à du fromage. Vous savez, il y a des fromages à pâte molle, des fromages à pâte semi-ferme et des fromages à pâte ferme. En politique, il vaut mieux être un fromage à pâte ferme. Mais la position du premier ministre ressemble plus à du fromage semi-ferme.

Alors s'il veut vraiment qu'Anticosti ne se transforme pas en gruyère (ou en emmental, qui a plus de trous que le gruyère), il va falloir qu'il devienne ferme plus tôt que tard et qu'il annonce officiellement sa position.

Plus d'articles