Retour

Arnaud Warolin tire sa révérence avec le sentiment du devoir accompli

Après deux mandats à la MRC de Témiscamingue, le premier préfet élu au suffrage universel dans la région, Arnaud Warolin, dresse le bilan de ses années à travailler pour la population de la MRC Témiscamingue.

D’après une entrevue de David ChabotArnaud Warolin ne sera pas de la prochaine course à la préfecture opposant le maire sortant de Ville-Marie, Bernard Flébus, l'ex-leader de Solidarité rural du Québec, Claire Bolduc et l'entrepreneur de Laverlochère, Renald Baril, qui souhaitent lui succéder.

M. Warolin s’est toutefois dit fier du travail accomplit au cours des dernières années, notamment en ce qui a trait au dossier de l’agriculture, un enjeu important sur son territoire.

« Pour moi c'était très important de bien les représenter et de faire de mon mieux, estime-t-il. C'est ce que j'ai fait. Si vous me parlez d'agriculture, c'est là qu'on a fait les meilleurs gains. Oui, il y a encore beaucoup de défis en agriculture, mais ce qui a changé, c'est qu'on a changé la dynamique. On l'a changée en profondeur. Aujourd'hui, je suis en train de faire une tournée des agriculteurs avec les nouveaux qui nous remplacent dans l'équipe de la MRC et on voit que les gens ont de l'espoir », explique Arnaud Warolin.Arnaud Warolin a été le premier préfet élu au suffrage universel en Abitibi-Témiscamingue.Il croit que les autres MRC devraient proposer cette formule à leurs citoyens.

« Souvent, on a d'excellents préfets, mais il faut s'imaginer que ces préfets travaillent aussi à temps plein, sont maires à temps plein et préfets à temps plein, donc représentant de la région à temps plein. Il y a un moment où la coupe est pleine. Le travail est de plus en plus important, de plus en plus exigeant au cours des dernières années », soutient M. Warolin.

Plus d'articles

Commentaires