Retour

Attentat à Paris : une Saskatchewanaise craint la montée de l'extrême droite

Une résidente de Paris originaire de Saskatoon craint que l'attentat survenu jeudi soir sur les Champ-Élysées ne favorise l'extrême droite lors du premier tour des élections présidentielles dimanche.

Un texte d’Anouk Lebel

Lauren Allen vit dans la capitale française depuis un peu plus de trois mois et célébrait son anniversaire lorsqu’elle a appris qu’un policier avait été tué et deux autres, blessés, dans une fusillade sur les Champs-Élysées.

« J’étais désolée pour les familles, j’étais un peu inquiète », dit-elle. Mais rapidement, ce sont les possibles conséquences sur les élections présidentielles qui lui sont venues en tête.

« Beaucoup de monde sont inquiets et n’iront pas voter parce qu’ils sont inquiets par rapport à des attaques aux stations », explique-t-elle. Elle croit que l'attaque revendiquée par le groupe armé État islamique pourrait pousser certains Français à voter pour la candidate d’extrême droite, Marine Le Pen.

Une crainte partagée

Cette crainte est partagée par deux Français établis à Saskatoon pour leurs études supérieures à l’Université de la Saskatchewan.

« Je trouve ça triste, doublement triste. Ça va forcément détourner les thèmes de la campagne », affirme Alix Goguey. « Ça peut faire éventuellement un amalgame entre les questions sécuritaires et ce qui s'est passé et être un argument récupéré par certains candidats. »

De son côté, Clara Superbie craint que l’attentat favorise l’extrême droite en France. « Ça peut sur un coup de colère, un coup d'énervement, décider [les indécis] à voter pour certaines personnes plutôt que d'autres. »

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine