Retour

« Aucune garantie que les demandes d’asile seront acceptées », affirme Philippe Couillard

Le premier ministre du Québec, Philippe Couillard, a tenu à faire quelques précisions vendredi soir par rapport à la situation des demandeurs d'asile au Québec, expliquant qu'il n'y avait aucune garantie que leurs requêtes soient acceptées.

Par l'intermédiaire de sa page Facebook, le premier ministre a précisé qu’aucune faveur spéciale ne serait accordée aux demandeurs d’asile qui traversent la frontière à Saint-Bernard-de-Lacolle depuis plusieurs semaines.

« Il est malheureux que ces personnes très vulnérables se soient fait convaincre que l’admission comme réfugié au Canada et chez nous, au Québec, serait simple, voire automatique. Il n’en est rien », a-t-il écrit.

Il assure que toutes les demandes seront traitées comme à l’habitude, en vertu de règles strictes.

Les personnes déjà en attente d’immigration ne seront pas non plus pénalisées par l’arrivée des demandeurs d’asile.

Philippe Couillard explique qu’il est faux de croire que le fait d’accueillir un réfugié fait « reculer » des demandes émises avant.

Un silence remarqué

Plus tôt cette semaine, le gouvernement du Québec avait été critiqué par les partis de l’opposition.

François Legault, de la CAQ, avait fait réagir en qualifiant le Québec de passoire, tandis que le Parti québécois de Jean-François Lisée avait reproché à Philippe Couillard de faire miroiter une admission trop incertaine aux demandeurs d’asile haïtiens.

« Pour tous les migrants potentiels, ce discours libéral officiel équivaut à une invitation à se ruer vers la frontière québécoise sans passer par les douanes », avait affirmé François Legault.

Selon lui, le Québec accueille déjà beaucoup plus d’immigrants que sa capacité ne le permet : « les ressources sont limitées, tout comme notre capacité d’intégrer les immigrants à la majorité francophone ».

Un discours qu'ont rejeté vigoureusement le Parti libéral et le Parti québécois.

Le cabinet du premier ministre Philippe Couillard a d'ailleurs accusé M. Legault de vouloir « attiser les inquiétudes que peuvent ressentir les Québécois », indiquant que le chef de la CAQ avait « échoué une fois de plus à ce test en ne proposant absolument rien de concret pour améliorer la situation ».

Le Parti québécois s'était rangé du côté du premier ministre en mettant en garde les Québécois.

« François Legault vous trompe », avait lancé Jean-François Lisée.

Ce dernier a tout de même reproché aux deux ordres de gouvernement de manquer d'honnêteté à l'égard des demandeurs d'asile.

« Lorsqu’ils [Justin Trudeau et Philippe Couillard] vous disent que vous allez vivre ici le reste de votre vie, c’est faux! Il y en a au moins la moitié d’entre eux qui va être refoulée », avait affirmé le chef du PQ.

Jusqu'à maintenant, les autorités ont précisé que la situation des demandeurs d'asile était sous-contrôle.

Plus d'articles

Commentaires