Retour

Avec le départ de Martine Ouellet, tout devient possible, selon Gilles Duceppe

L'ancien chef du Bloc québécois, Gilles Duceppe, est agréablement surpris du résultat du vote de dimanche où Martine Ouellet n'a obtenu la confiance que de 32% des membres du parti qui ont voté.

En plus du vote de confiance à l'égard de la cheffe Martine Ouellet, le référendum auprès des membres du bloc comportait aussi une question sur la mission du parti.

Cette question pouvait porter à confusion, selon Gilles Duceppe. « La première question était alambiquée, parce que l’on doit être un parti souverainiste qui parle de souveraineté, mais qui défend les intérêts du Québec. [Le résultat] ça ne devrait pas être 65 % ça devrait être 100 % », affirme-t-il.

C'est 59 % des membres du Bloc québécois qui ont exercé leur droit de vote à cette consultation. « Pour un tel exercice, c’est un bon taux de participation, a indiqué Gilles Duceppe en entrevue à l’émission Bonjour la Côte. Ceux qui n’ont pas participé c’est des gens qui croyaient que c’était perdu d’avance et que madame Ouellet était pour rester, donc elle aurait eu beaucoup moins que ça [32 %] si tous les gens avaient voté. »

Contrairement à la députée de Manicouagan, Marilène Gill, qui a soutenu Martine Ouellet jusqu'au vote de la fin de semaine, Gilles Duceppe pousse un soupir de soulagement face au résultat qui a entraîné la démission de Martine Ouellet. Son départ constitue une ouverture pour le parti, croit-il.

« Là tout peut revenir possible, insiste Gilles Duceppe. Il faut que les gens se remettent au travail, que les 7 [députés] reviennent au Bloc en disant : '' Oui on va parler de souveraineté, mais en défendant les intérêts du Québec '' et on va parler des champs de compétence du fédéral. »

Renouveau au Bloc québécois

Pour Gilles Duceppe, les prochains mois seront chargés pour les bloquistes.

« Ils doivent donner un coup de main au PQ pour la prochaine élection, organiser une course à la chefferie après l’élection au Québec, refaire leurs devoirs pour avoir une plateforme qui parle des champs de compétences d’Ottawa », rappelle l'ancien chef.

Les négociations sur le renouvellement de l’ALÉNA et le Sommet du G7 sont également des dossiers importants à surveiller par les bloquistes, selon Gilles Duceppe.

Plus d'articles