Retour

Barrette déplore que l'étude sur les médecins ne tienne pas compte de ses réformes

Le ministre de la Santé Gaétan Barrette trouve dommage que l'étude sur la rémunération des médecins « présente un constat du passé » puisqu'elle s'arrête en 2015, au moment même de l'application de ses réformes.

Un texte de Xavier Savard-Fournier

Il réagissait ainsi à la sortie d’une étude sur le mode de rémunération des médecins, entre 2006 et 2015, qui démontre que mieux payés, les médecins travaillent moins. Le rapport codirigé par Damien Contandriopoulos et Astrid Brousselle dévoile également le lot d’effets pervers liés à la rémunération à l’acte.

Notons que l'étude, financée par le commissaire à la santé, avait été commandée par ce dernier avant la mise en oeuvre des réformes du ministre et juste avant qu’il n’abolisse lui-même le poste de commissaire à la santé, ce qu'il a omis de préciser.

Le ministre Barrette déplore également que l’étude se présente comme une analyse des modes de rémunération, mais ne se concentre que sur le mode de rémunération à l’acte. Il rappelle qu’il n’y a pas de mode de rémunération idéal, comme l'indique l’étude.

« Le problème n'est pas le mode de rémunération. La conclusion est simple et elle est écrite dans le rapport : il faut adapter le mode de rémunération et c’est ce qu’on a fait. Mais il faut lui ajouter des mesures gouvernementales, qu’on a aussi mises en place », répond-il.

La FMOQ d'accord avec Barrette, Contandriopoulos se défend

En entrevue à Midi info, le président de la Fédération des médecins omnipraticiens (FMOQ) Louis Godin, est allé un peu dans le même sens que le ministre de la Santé. Il n’est pas surpris des conclusions de l’étude, mais croit que la plupart des recommandations sont déjà en application chez les médecins omnipraticiens. C’est d’ailleurs pour ces raisons que la FMOQ s’était retirée du comité de suivi de cette étude.

« On devrait plutôt regarder le nombre de patients pris en charge et la capacité de ces patients à rencontrer leur médecin. C’est ce qu’on nous a demandé au cours des dernières années, c’est même dans les recommandations de cette étude », ajoute-t-il.

Selon lui, il y a un problème dans la façon dont on regarde le travail des médecins de famille. La diminution de la charge de travail présentée dans l’étude devrait plutôt se voir comme la capacité des médecins de famille à travailler avec d’autres professionnels de la santé pour traiter les cas moins lourds pour se concentrer sur les plus complexes.

En réponse à MM. Godin et Barrette, le codirecteur de l’étude, Damien Contandriopoulos, n’est pas surpris des attaques du ministre et de la FMOQ. Il soutient que ce sont les fédérations qui ont un intérêt à garder ce système.

Sur les données de 2016 ou de 2017 qu’aurait aimé voir le ministre, il y a un élément qui est vrai selon le codirecteur de l’étude, les données de la RAMQ sont très difficiles d’accès.

« Nous on s’arrête à 2015 parce qu’on a passé des mois en négociation pour accéder à ces données et on n’est pas parvenu à avoir plus de la RAMQ », explique M. Contandriopoulos.

Pour lui, cela ne change rien puisque depuis 2015, il n’y a pas eu de changements sur la rémunération des médecins ni sur la trajectoire des dépenses.

« Ce n’est pas un jugement sur le travail médical. On s’est demandé si la façon dont on paie les médecins est le mode optimal pour obtenir de bons soins, en temps opportuns, faciles d’accès, etc., et il est difficile de concevoir le système de rémunération actuel comme optimal », conclut-il.

Couillard admet les problèmes de productivité

Pour le premier ministre Philippe Couillard, en déplacement en France, c’est pour assurer la productivité des médecins que son gouvernement a fait les lois 20 et 130, plus « contraignantes » pour les médecins, selon lui.

Philippe Couillard rappelle que « la job est faite » du côté du rattrapage salarial et que les ententes nouvellement signées, notamment pour les spécialistes, ne feront pas augmenter les tarifs d’ici 2022. De nouveaux services et de nouvelles couvertures médicales devraient d’ailleurs être financés à même l’enveloppe de rémunération des médecins.

« On a encore un enjeu de productivité dans le corps médical. Tout le monde le sait », reconnaît-il par ailleurs.

Par contre, il ne remet pas en cause la rémunération à l'acte, puisqu'elle permet de voir plus de patients, selon lui, bien que l'étude démontre le contraire.

Le système « imposé par Barrette » critiqué

Le chef de la CAQ François Legault a riposté aux propos du ministre Barrette en marge d’une conférence de presse de son nouveau candidat dans Vanier.

« Les solutions sont connues. Ça prend du courage que le gouvernement Barrette-Couillard n’a pas eu pour les appliquer », a-t-il lancé.

Selon M. Legault, l’étude démontre que la CAQ avait raison en proposant depuis longtemps de modifier le mode de rémunération des médecins de famille pour les inciter à déléguer davantage d’actes.

Il fait toutefois une distinction entre les omnipraticiens et les spécialistes. « Je suis plutôt partisan de garder une rémunération à l’acte pour les médecins spécialistes », a-t-il précisé.

Le chef caquiste s’est aussi engagé à rétablir le poste de commissaire à la santé s’il était élu.

Khadir dénonce le « gros mensonge » des libéraux

Amir Khadir, député de Québec solidaire, est quant à lui convaincu qu'il y a un problème majeur dans la rémunération des médecins et demande en conséquence des comptes au gouvernement Couillard.

« La promesse d'augmenter la rémunération, c'était pour améliorer la productivité et mieux servir les gens. C'était un gros mensonge », en conclut le député de Québec solidaire.

« La rémunération des médecins a doublé au cours des 10 dernières années. Or, on est encore plus choqué d’apprendre que, malgré tout ça, on se serait attendu que le système de santé ait réussi à offrir plus de services. La réalité, c’est qu’on a diminué les services », présente M. Khadir.

Selon Amir Khadir, il était évident que l’augmentation de la rémunération des médecins, notamment les spécialistes, allait entraîner une baisse de la productivité : « c’est humain ».

Il ne remet d’ailleurs pas en cause leur travail. Depuis plusieurs années, des médecins québécois lui parlaient de leur désir d’avoir une « rémunération raisonnable ».

De son côté, Diane Lamarre, porte-parole du Parti québécois en matière de santé et d’accessibilité aux soins, se désole que le système « imposé par Gaétan Barrette » ait finalement diminué l’accès aux soins.

Elle croit qu’il est maintenant temps de geler la rémunération et les augmentations des médecins pour réaménager le système de rémunération pour que le patient soit au centre des préoccupations.

Plus d'articles