Retour

Beaucoup de questions sans réponses à Baie-Trinité

Environ 200 personnes ont assisté à la séance publique du conseil municipal de Baie-Trinité lundi soir pour tenter d'en savoir plus sur les finances municipales et la mésentente entre les élus. Ce qui signifie que pratiquement un citoyen sur deux était sur les lieux.

Un texte de François Robert

Ils attendaient la présentation des états financiers de la Municipalité pour l'année 2016, mais les élus ont reporté leur dévoilement à la prochaine séance publique à la suite de la recommandation du ministère des Affaires municipales.

Les commentaires entendus tout au long de la soirée démontrent que la population est divisée. De nombreux citoyens réclament la mise sous tutelle de Baie-Trinité, tandis que d'autres font toujours confiance au maire et aux conseillers pour faire le ménage dans l'administration municipale.

« Une chance qu'on a le comité de citoyens pour nous informer, nous dire à quelle place on est rendus, qu'ils nous donnent l'heure juste, lance Johanne Jourdain. Parce que si on avait juste le conseil... Je m'excuse, mais ils ont tous des faces un peu atterrées. »

« On s'entend que le MAMOT, la MRC, puis là l'UPAC va chercher des dossiers, souligne Carl Alarie. Présentement, ils ne peuvent pas faire plus que ça, quand même que ce serait en tutelle. »

Parmi ceux qui ont questionné les élus, la présidente du nouveau comité de citoyens, Anne Poulin.

Anne Poulin a demandé de nombreuses précisions concernant la situation financière de Baie-Trinité, les décisions de l'ancien conseil municipal et les documents que le ministère des Affaires municipales attend toujours.

Ce comité compte 53 citoyens et réclame la mise sous tutelle de la Municipalité.

« Je ne crois pas que personne n'est capable de résoudre le dossier de Baie-Trinité, laisse tomber Anne Poulin. Personne n'est capable de le résoudre. Parce qu'on l'a dit, on est rendu à l'UPAC. Quand l'UPAC débarque dans une municipalité, je regrette, mais c'est parce que ça ne va pas bien. »

Tâche ardue pour le successeur de Denis Lejeune

Le maire assure qu'il fait tout ce qu'il peut pour y voir plus clair dans les finances de Baie-Trinité, mais que de nombreux documents demeurent introuvables.

Le nouveau maire a précisé qu'il manque environ 100 000 $ en revenus de taxes foncières pour les trois dernières années.

Baie-Trinité a entrepris les démarches nécessaires pour se faire payer par les citoyens et les entreprises qui n'ont pas payé leurs taxes. Mais selon Marc Tremblay des dizaines de miliers de dollars de taxes ne pourront jamais être récupérés parce qu'ils sont dus depuis trop longtemps.

Marc Tremblay estime que la Municipalité risque bel et bien mise d'être mise sous tutelle puisque les communications sont rompues entre deux groupes d'élus depuis une dizaine de jours.

Lors d’une mise en tutelle, le conseil municipal continue d'administrer la municipalité, mais toutes ses décisions doivent être approuvées par la Commission municipale du Québec.

Pour une mise en tutelle, le gouvernement du Québec doit adopter un décret.

Avec les informations de Marlène Joseph-Blais

Plus d'articles