Retour

Bilan des travaux du comité consultatif francophone de Toronto

Une recommandation sollicitant le soutien du conseil municipal de Toronto pour l'établissement de l'Université de l'Ontario français a marqué la dernière réunion du comité consultatif francophone. Le comité sera dissout en septembre à l'approche des élections municipales.

Un texte de Lyne-Françoise Pelletier

Le comité consultatif francophone de Toronto (CCFT) a fait son travail, affirme son président, Gilles Marchildon.

Au cours des quatre dernières années, il a soulevé des questions qui n'auraient pas autrement attiré l'attention de l'administration municipale, selon lui.

Les membres du comité auraient aimé en faire plus, mais la situation ne s'y prêtait pas avec seulement six réunions.

Une demande pour augmenter le nombre de rencontres a été acheminée à la directrice municipale intérimaire, Giuliana Carbone. Une réponse est attendue pour 2019.

Établissement de l'Université de l'Ontario français

Le comité consultatif francophone soutient que Toronto a un rôle à jouer dans l'établissement de l'Université de l'Ontario français.

Il sollicite dans une recommandation, qui sera présentée au comité de gestion, que le conseil municipal demande aux services immobiliers de communiquer avec le conseil des gouverneurs de l'université afin de déterminer quelle aide la Ville peut leur apporter.

Les dirigeants de l'Université sont présentement à la recherche de locaux qui peuvent être aménagés pour 2020. Le site idéal serait au centre-ville près des stations de métro.

Trouver un site pour l'Université aiderait grandement la Maison de la Francophonie selon son président Kip Daechsel. Le projet d'y aménager des résidences pour les étudiants et le corps enseignant est en attente.

La Maison abritera aussi sous son toit des organismes francophones à but non lucratif. Un café, une bibliothèque et une garderie francophone pourraient aussi être aménagés.

Nouveau dossier

La situation des demandeurs d'asile qui arrivent en grand nombre de Montréal a clos la session des travaux du comité.

Une recommandation pour les aider a été adoptée par les membres. Essentiellement, on demande à la Ville de joindre le Centre francophone de Toronto, La Passerelle-I.D.É ou toutes autres organisations francophones lorsqu'il y a des réfugiés qui parlent français afin de pouvoir les servir dans leur langue.

Prochaine étape

Les recommandations du comité consultatif francophone de Toronto doivent être examinées par le comité de gestion avant d'être acheminées au conseil municipal.

Elles pourraient être adoptées lors de la dernière réunion des élus municipaux en juillet. Si tout se déroule comme prévu.

Le CCFT sera dissout en septembre à l'approche des élections municipales. Il pourrait être reconduit à l'hiver 2019 selon la volonté du nouveau conseil municipal.

Plus d'articles