Retour

Bill Boyd a contrevenu à la Loi sur les conflits d'intérêts

L'ancien ministre de l'Économie de la Saskatchewan, Bill Boyd, a contrevenu à la loi sur les conflits d'intérêts de la province, selon le commissaire chargé d'enquêter sur ces situations.

Le plus récent rapport du commissaire aux conflits d'intérêts de la Saskatchewan note que Bill Boyd a faussement représenté le gouvernement lors de la présentation d'un projet relié à l'agriculture en Chine.

Le député de Kindersley avait offert une résidence permanente à des ressortissants chinois en échange d'investissements dans l'entreprise Modern Hi-Efficiency Agriculture Corporation, qu'il préside, selon une enquête réalisée par CBC.

Le commissaire confirme dans son rapport que Bill Boyd s’est rendu en Chine en mars pour un séminaire au cours duquel il a pris la parole en tant que représentant de la division saskatchewanaise de l’entreprise.

Sur place, il a promis aux participants – majoritairement des ressortissants chinois – qu’en échange d'un investissement de 300 000 $, ils pourraient s’allier avec Hi-Efficiency Agriculture Corporation pour l'achat et la vente de matériel d'irrigation.

Or, ce matériel aurait servi à irriguer les terres de M. Boyd, selon les plus récentes informations de CBC. La cartographie des terrains devant être irrigués montre en effet qu'une grande partie d'entre eux sont des champs de semence que gère le député, près d'Eston, dans le sud de la province.

En investissant dans Hi-Efficiency Agriculture Corporation, les ressortissants chinois auraient par ailleurs été en mesure de déposer des demandes de résidence permanente au Canada en vertu du Programme des candidats de la Saskatchewan, un programme rattaché au ministère de l'Économie, que Bill Boyd a géré par le passé.

Bill Boyd renvoyé du Parti saskatchewanais

Le premier ministre Brad Wall a annoncé par voie de communiqué que Bill Boyd quittait immédiatement le caucus du Parti saskatchewanais.

Il ajoute que des actions légales pourraient être entreprises contre l'ancien ministre, mais dit se référer aux conseils du ministère de la Justice dans cette affaire.

Par voie de communiqué, Bill Boyd affirme qu’il « accepte le rapport du commissaire » et se dit « responsable de [ses] actions ».

Plus d'articles

Commentaires